Maroc Telecom : la rentabilité toujours portée par les activités à l’international
3 août 2017
Loubna Chihab (177 articles)
0 Commentaire
Partager

Maroc Telecom : la rentabilité toujours portée par les activités à l’international

Le chiffre d’affaires du groupe affecté par la libéralisation de la voix sur IP et la baisse des tarifs de terminaison d’appels. Le RNPG marque un bond grâce au succès de la restructuration des nouvelles filiales Moov.

Dans la continuité de ses performances financières de 2016, Maroc Telecom boucle la première moitié de l’année en cours sur des résultats consolidés en hausse. Le parc du groupe a marqué une progression de 3,8% par rapport à fin juin 2016, à plus de 55 millions de clients, porté par une hausse des parcs mobile au Niger, en Côte d’Ivoire et au Togo ainsi qu’une croissance soutenue des parcs fixe voix et haut débit au Maroc. Il en découle malgré tout un chiffre d’affaires consolidé de 17 milliards de DH, en recul de 2,8%. En détail, le chiffre d’affaires au Maroc s’est élevé à 10 milliards, en étiolement de 5,1%, affecté par la réintroduction d’une asymétrie sur les tarifs de terminaison d’appel en mars 2017 et la libéralisation de la voix sur IP depuis novembre 2016. A l’international, les activités du groupe ont généré un chiffre d’affaires de 7,5 milliards de DH, en baisse de 1,3%, en raison de la baisse des tarifs de terminaison d’appel et de la désactivation de clients non identifiés. A taux de change constant et hors baisse des tarifs de terminaison d’appels, le chiffre d’affaires des activités à l’international ressort en progression de 1,1%, soutenu par la progression de 10,4% du chiffre d’affaires des nouvelles filiales.

Néanmoins, le résultat opérationnel avant amortissement (EBITDA) au premier semestre est resté quasiment stable par rapport à 2016 et s’est élevé à 8,5 milliards de DH (-0,4%). De facto, la marge EBITDA progresse de 1,4 pt pour atteindre près de 50%. La stabilité de l’EBITDA consolidé a été maintenue grâce aux activités à l’étranger, dont le résultat opérationnel a marqué un bond de 10,9%, à 3,1 milliards de DH. Et ce, grâce aux baisses des tarifs de terminaison d’appel, d’une meilleure maîtrise des OPEX et l’intervention de certains éléments exceptionnels courant 2016. A contrario, le résultat opérationnel avant impôt au Maroc a accusé un retrait de 5,6%, à 5,3 milliards de DH, du fait de la baisse du chiffre d’affaires.

Au final, le résultat net part du groupe affiche une progression de 5,7% par rapport au premier semestre 2016, à 2,9 milliards de DH. Une hausse qui intègre une forte progression du résultat net des activités à l’international et notamment le succès de la restructuration des nouvelles filiales Moov qui dégagent maintenant un résultat net globalement positif.

Par ailleurs, les flux nets de trésorerie opérationnels ajustés se sont établis à 4,5 milliards de dirhams, en baisse de 13,6% par rapport à la même période de l’année précédente du fait des importants programmes d’investissement en cours.

Perspectives stables à fin 2017

Au volet endettement, la dette nette consolidée de Maroc Telecom s’établit à 17 milliards de dirhams, en hausse de 7,5% sur un an sous l’effet principalement des décaissements exceptionnels (charges de restructuration, licences) et du versement de 6 milliards de dirhams de dividendes à l’ensemble des actionnaires du groupe Maroc Telecom. 

Notons que cette première moitié de l’exercice de 2017 a été marquée par la finalisation du plan de départs volontaires au Maroc et par des réductions d’effectifs à l’international ayant bénéficié à 1 068 salariés pour un coût global de 620 millions de dirhams, dont 235 millions en 2017. Le montant total des décaissements liés à ces plans de départ atteint 580 millions de dirhams au premier semestre 2017, le reliquat devant intervenir au cours du troisième trimestre.

Les six premiers mois de l’année 2017 ont également été marqués par le paiement de 410 millions dirhams correspondant à la deuxième tranche de la licence globale obtenue en Côte d’Ivoire en mars 2016 pour un montant de 1,6 milliard de dirhams, et au décaissement de 28 millions de dirhams au titre de la deuxième et dernière tranche de la licence 3G au Togo.

En outre, les comptes du premier semestre 2016 intégraient la cession d’un bien immobilier avec une plus-value de 297 millions de dirhams (impact cash de 317 millions de dirhams) et le paiement de la première tranche de la licence 3G au Togo pour un montant de 33 millions de dirhams.

S’agissant des perspectives, et à la lumière des évolutions récentes du marché et dans la mesure où aucun nouvel événement exceptionnel majeur ne viendrait perturber l’activité du groupe, le top management de Maroc Telecom a mis à jour ses prévisions pour l’année 2017 à périmètre et taux de change constants. Ainsi, le chiffre d’affaires devrait connaître une légère baisse suite aux nouvelles mesures de régulation. Le résultat opérationnel avant amortissement (EBITDA) devrait rester stable et les CAPEX devraient représenter environ 23% du chiffre d’affaires, hors fréquences et licences.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *