L’AMMC dévoile son plan stratégique 2017-2020
16 juillet 2017
Loubna Chihab (157 articles)
0 Commentaire
Partager

L’AMMC dévoile son plan stratégique 2017-2020

Quatre axes principaux : renforcer la confiance des investisseurs, développer une régulation au service de la dynamique du marché, être une autorité performante et influente à l’échelle nationale et internationale et enfin renforcer les capacités des épargnants et des opérateurs.

Depuis février 2016, l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) est le nouvel organe de régulation remplaçant le CDVM. Une institution qui se veut plus adaptée aux exigences d’un marché financier marocain en constante mutation, avec un champ d’intervention plus élargi et une indépendance renforcée. Le 3 juillet, l’autorité a tenu une conférence de presse afin de présenter sa nouvelle configuration et dévoiler son plan stratégique quadriennal 2017-2020.

Ce plan a pour objectif de faire jouer au marché des capitaux son rôle premier qui est celui d’un levier important dans le financement de l’économie. Pour ce faire, l’AMMC compte décliner sa stratégie autour de 4 axes principaux, à savoir renforcer la confiance, développer une régulation au service de la dynamique de marché, être une autorité performante et influente à l’échelle nationale et internationale et enfin renforcer les capacités des épargnants et des opérateurs.

Afin de regagner la confiance des investisseurs et des épargnants, l’AMMC compte se concentrer sur 5 leviers essentiels. Il s’agit notamment d’améliorer la transparence des marchés à travers le rehaussement des standards de communication financière et extra financière, par l’amélioration des règles de gouvernance des émetteurs et le renforcement du contrôle de l’information. Veiller à la protection et au traitement équitable des épargnants est l’une des principales missions de l’AMMC, mais pour plus d’équité de traitement, un cadre légal et réglementaire adapté sera mis en place. Il permettra, d’une part, de contrôler la commercialisation d’instruments financiers, et, d’autre part, de suivre l’opérationnalisation du Règlement général de la bourse qui prévoit l’encadrement des conseillers en investissement financier (CIF). En outre, le nouvel organe veillera à intensifier les contrôles, en renforçant ses moyens humains et en adaptant le dispositif de sanction (augmentation du montant des sanctions pécuniaires et la possibilité de retrait de l’habilitation professionnelle).

S’agissant du deuxième axe (développement d’une régulation au service de la dynamique de marché), l’AMMC misera sur l’innovation financière, notamment en mettant en place un cadre favorable à la création de nouveaux instruments financiers (Green bonds, Sukuks, OPCI et instruments à terme), mais aussi sur la participation à la mise en place d’un cadre réglementaire clair et évolutif permettant d’apporter des réponses adaptées aux besoins du marché.

Le troisième axe du plan quadriennal est la volonté de l’AMMC de devenir une autorité performante et influente à l’échelle nationale et internationale. Et ce, à travers notamment le développement de nouvelles formes de coopération tant au niveau bilatéral qu’au sein des instances internationales de régulation.

Enfin, le quatrième et dernier axe consiste en le renforcement des capacités des épargnants et des opérateurs et à cet effet 3 volets seront couverts : s’assurer que les opérateurs disposent de moyens suffisants, déployer un dispositif d’habilitation en adéquation avec les normes internationales en la matière, et élaborer une stratégie d’éducation financière afin que l’investisseur ait une bonne compréhension du marché des capitaux et des avantages et risques associés à l’investissement en instruments financiers.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *