La bourse comme meilleur placement en 2016
12 janvier 2017
Loubna Chihab (151 articles)
0 Commentaire
Partager

La bourse comme meilleur placement en 2016

Le Masi a clôturé l’année sur une performance de 30,4%. Les OPCVM actions ont fait légèrement mieux. Les rendements des comptes sur carnet et des DAT de plus en plus faibles.

Chamboulement dans le classement des meilleurs placements financiers en 2016. En effet, le marché actions arrive en tête en termes de rendement, l’indice de toutes les valeurs cotées, Masi, affichant une performance annuelle de 30,4% (contre -7,8% en 2015). Un net redressement favorisé notamment par l’amélioration de la capacité bénéficiaire des sociétés cotées de 14% au premier semestre. Cette situation a renforcé la confiance des investisseurs, notamment les institutionnels, créateurs historiques de la tendance du marché. Ces derniers se sont réorientés vers le marché actions pour optimiser leurs rendements, dans un contexte caractérisé par une reconstitution des réserves de cash et des rémunérations anémiques sur le marché des taux.

Suivant la même tendance, les OPCVM actions affichent une performance moyenne de 33,9%. Hormis le fonds FCP Capital Maghreb qui a réalisé une contre-performance de 60,33% depuis le début de l’année, les 67 fonds actions ouverts au public ont pu améliorer leurs valeurs liquidatives. Pour leur part, les fonds diversifiés ont dégagé un rendement moyen de 15,2%, contre 0,7% à fin 2015.

Du côté des produits de taux, les bons du Trésor ont poursuivi leur tendance baissière entamée depuis fin 2013 en raison du recours de plus en plus restreint du Trésor au financement sur le marché des adjudications sous l’effet de l’amélioration continue de la situation des finances publiques. En effet, le rendement a atteint 2,1% pour les maturités courtes et 3,48% pour les maturités longues (contre 2,48% et 4,37% respectivement à fin 2015). Par conséquent, les OPCVM obligations moyen et long terme ont amélioré leur rendement à 4,08% alors qu’il se limitait à 3,4% à fin 2015. Toutefois, ce niveau est toujours en net retrait par rapport à il y a deux ans puisque le rendement moyen dépassait 10% en 2014.

Par ailleurs, les fonds monétaires et obligations court terme se sont raffermis vers la dernière semaine de 2016, après des évolutions négatives tout au long de l’année, en affichant des rendements moyens respectifs de 1,93% et 1,8% (contre 2,6% et 2,7% en 2015).    

La baisse qui caractérise le marché des taux n’a pas épargné les comptes sur carnet et le livret de la Caisse d’épargne nationale. En cause, la rémunération du premier est indexée sur le taux des BDT ayant pour maturité 52 semaines (diminué de 50 points de base) au moment où elle est fixée sur la base des taux sur 5 ans pour le second (avec 200 pbs en moins). Ces produits de placement ont ainsi rapporté, respectivement, 1,66% et 1,17% au second semestre 2016, en retrait de 46 et de 53 points de base par rapport à la même période en 2015. Pour leur part, les dépôts à terme dont le taux est librement fixé par les banques ont servi à fin novembre (dernière donnée disponible auprès de BAM), une rémunération moyenne de 2,85% pour les comptes bloqués sur 6 mois et de 3,3% pour ceux à maturité 12 mois (contre 3,47% et 3,69% respectivement à la même période de 2015).

Notons enfin que les contrats d’assurance-vie ont globalement servi des rendements quasiment stables par rapport à l’année dernière. Ces rémunérations varient légèrement d’une compagnie d’assurance à l’autre. Au titre de l’année 2015, Axa Assurance a offert 4,9%, RMA Watanya entre 4,4% et 4,5% et Wafa Assurance entre 3,8% et 4,5%. La Marocaine Vie a, elle, maintenu ses rendements inchangés entre 4% et 4,5%.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *