Compagnies minières cotées : un net rattrapage attendu
8 février 2017
Loubna Chihab (151 articles)
0 Commentaire
Partager

Compagnies minières cotées : un net rattrapage attendu

Le secteur a lourdement pâti du contexte économique mondial. Les sociétés devraient afficher à fin 2016 une hausse de 1,9% du chiffre d’affaires et une baisse ramenée à 5,6% du RNPG.

Dans le cadre de sa revue annuelle du marché boursier, Upline Securities a analysé en profondeur les prestations du secteur minier coté. Dans un contexte économique mondial incertain, les métaux précieux ont évolué en cloche en 2016, avec trois phases distinctes : un premier semestre haussier, suite aux incertitudes économiques mondiales, principalement aux Etats-Unis où la FED n’a pu opérer aucun des trois relèvements de taux prévus initialement en 2016 ; un troisième trimestre stable, où l’or et l’argent ont gravité autour de leur plus haut niveau annuel ; et un dernier trimestre de correction, où l’or et l’argent ont perdu respectivement 12,5% et 17% de leur valeur, reflétant une reprise économique aux Etats-Unis, qui s’est traduite par une hausse des taux de la FED en décembre. En dépit de cette correction, la performance annuelle demeure positive.

En parallèle, les métaux de base ont évolué au rythme de la croissance économique mondiale et ont entamé l’année sur une tendance en dents de scie qui a duré près de 6 mois (à l’exception du zinc qui a amorcé sa hausse depuis le début de l’année 2016). Capitalisant, ensuite, sur quelques signes de reprise économique aux Etats-Unis et en Chine, les métaux de base amorcent un rally haussier pour toucher des plus hauts annuels au cours du 4e trimestre. Par métal, le cuivre a réalisé en 2016 une performance de 17%, le zinc et le plomb se sont appréciés respectivement de 60,2% et 10,2%.

Evoluant dans ces conditions, les sociétés minières cotées ont affiché au 1er semestre de 2016 des résultats mitigés. Malgré un effet volume favorable, ces valeurs ont lourdement pâti de la baisse des cours, particulièrement ceux du cuivre (-21%), du cobalt (-21%), du zinc et de la fluorine qui ont respectivement lâché -16%. Compte tenu de ces éléments, le chiffre d’affaires du secteur coté a reculé de 13,5%, à 2,6 milliards de DH. En effet, la baisse des prix des métaux a été en partie contrebalancée par l’appréciation des volumes ; notamment ceux du cuivre et de l’argent. Dans ce sillage, le résultat d’exploitation consolidé s’est déprécié de 36,9%, à 367,8 MDH, et le RNPG a reculé de 45,9%, à 198,8 MDH.

S’agissant des perspectives, après un premier semestre en berne, les minières de la cote devraient largement se rattraper au titre de la deuxième moitié de l’année, profitant de la conjonction de plusieurs facteurs, notamment un effet prix suite à la forte reprise des métaux précieux et des métaux de base au deuxième semestre 2016 comparativement à la même période de 2015. Elles devraient également profiter d’un effet volume, grâce notamment à une montée en puissance de la production de cuivre et d’argent du groupe Managem. Enfin, les résultats devraient également bénéficier d’un effet parité, capitalisant sur une appréciation du dollar face aux autres devises.

A la lumière de ces éléments, les analystes d’Upline tablent pour le secteur sur une légère appréciation de 1,9% du chiffre d’affaires consolidé à fin 2016, à 5,9 milliards de DH. Une performance tirée principalement par Managem et SMI, dont les revenus devraient s’améliorer respectivement de 2,2% et de 7,5%. Par contre, l’EBITDA global devrait reculer de 3,3% à 2,4 milliards de DH. Côté rentabilité nette, et malgré un premier semestre en net recul, les minières devraient se rattraper au titre du deuxième semestre et réduire la baisse de la capacité bénéficiaire à 5,6%, soit 595,6 MDH.

Du côté des indicateurs boursiers, le PER global devrait s’établir à 26,6x, en hausse de 1,5x par rapport à 2015 et le dividend yield serait de 3,6%, en baisse de 1,3 points par rapport à 2015.

Pour 2017, les réalisations des minières cotées devraient s’améliorer davantage avec un chiffre d’affaires consolidé de 6,6 milliards de DH, en hausse de 12,4%. De même, l’EBITDA devrait s’établir à 2,4 milliards de DH, en augmentation de 11,6%. Dans ces conditions, le RNPG devrait marquer un bond de 27,2%, à 757,4 MDH. A noter que cette appréciation des résultats est attribuable à l’ensemble des minières qui devraient profiter de la montée en régime de quelques mines (notamment des mines du groupe Managem aussi bien au Maroc (Imiter ou Oumejerane) qu’à l’international (mine d’or de Bakaudou au Gabon).

Dans ces conditions, le PER global à fin 2017 devrait s’établir à 20,9x, en hausse de 1,5x et le dividend yield à 4,4%, en recul de 1,3 points.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *