Ciments du Maroc pénalisée par la dévaluation de la livre égyptienne
16 mars 2017
Loubna Chihab (157 articles)
0 Commentaire
Partager

Ciments du Maroc pénalisée par la dévaluation de la livre égyptienne

Hausse du chiffre d’affaires de 3,3% et du résultat d’exploitation de 9,8% en 2016. Le groupe a vu son bénéfice net fondre de 1,2 milliard DH.

Le groupe Ciments du Maroc a publié des indicateurs financiers mitigés au titre de 2016, lourdement impactés par des éléments non récurrents. Le cimentier a réalisé un chiffre d’affaires opérationnel consolidé de 3,8 milliards de DH, en hausse de 3,3%, comparativement à fin 2015. Cette évolution reflète une croissance de 0,7% des ventes de ciment en volume de la société et de sa filiale Indusaha, contre une baisse de 0,7% de la consommation nationale de ciment. Le chiffre d’affaires est également porté par une hausse significative des volumes de ventes à l’export et de l’activité béton ainsi qu’un effet prix positif.

Dans ces conditions, l’excédent brut d’exploitation consolidé a marqué une hausse de 6,5%, à 1,7 milliard de DH et ce, grâce à l’optimisation des coûts de production et particulièrement l’amélioration de l’efficience technique et du coût des combustibles. De ce fait, la marge d’EBE se consolide de 1,4 point, à 46,5%. Pour sa part, le résultat d’exploitation consolidé croît de 9,8%, à 1,2 milliard de DH, sachant qu’il n’y a pas eu d’évolution notable du niveau des amortissements. La marge opérationnelle s’est améliorée de 2 points, à 33,5%.

Toutefois, le résultat net consolidé du cimentier a été lourdement impacté par la constatation d’une dotation aux provisions sur sa participation dans Suez Cement Company à hauteur de 1,25 milliard de DH, elle-même induite en grande partie par la dévaluation de plus de 55% de la livre égyptienne en 2016 (pour près de 800 MDH) et l’augmentation du coût moyen pondéré des capitaux propres. Le résultat net s’est ainsi établi à -115 MDH, en baisse de 1,2 milliard de DH par rapport à 2015. La capacité d’autofinancement ressort, quant à elle, en hausse de 25,7%, à 1,7 milliard de DH.

Au volet des perspectives, le conseil d’administration a pris connaissance avec satisfaction de l’état d’avancement du projet de centre de broyage de Kamsar en Guinée-Conakry ainsi que du projet de Nador. Enfin, le conseil devrait proposer lors de l’assemblée générale prévue le 28 avril la distribution d’un dividende par action de 65 DH (10 DH de plus qu’en 2015), soit un Dividend Yield de 4,97% calculé sur la base d’un cours de 1306 DH observé le 7 marsn.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *