Bourse : les valeurs à privilégier selon Attijari Intermédiation
29 août 2017
Loubna Chihab (177 articles)
0 Commentaire
Partager

Bourse : les valeurs à privilégier selon Attijari Intermédiation

Selon la société de bourse, le marché actions devrait continuer à attirer les flux de liquidités mais les investisseurs devraient procéder à des opérations d’allocation et d’arbitrage ciblées. Les analystes recommandent d’acheter les titres de Cosumar, Sonasid, Total Maroc et CMT.

la veille des publications semestrielles des sociétés cotées, les analystes d’Attijari Intermédiation ont présenté aux investisseurs un portefeuille de valeurs susceptibles de réaliser des niveaux de croissance bénéficiaire meilleurs que prévu.

Dans un contexte où le marché obligataire demeure fondamentalement peu attractif, le marché actions devrait continuer à attirer les flux de liquidité, selon les prévisions. Mais contrairement à la période précédente durant laquelle l’ensemble de la cote avait profité de la reprise, les analystes pensent que les quatre prochains mois seraient marqués par des opérations d’allocation et d’arbitrage ciblées. Les valeurs de ce portefeuille tactique présentent des signaux positifs et affichent à la fois des niveaux de valorisation attractifs en comparaison au marché actions et des perspectives positives en termes de distribution de dividende. Dans le contexte actuel, les titres retenus pourraient même justifier d’une prime de valorisation et ce, en comparaison au PER moyen de l’indice MASI.

Cosumar : cours cible de 340 DH

On distingue d’abord Cosumar. Le sucrier de la place devrait afficher un chiffre d’affaires consolidé de 4,4 milliards de DH au 1er semestre (+21%), une évolution portée par une forte augmentation des ventes à l’export. La société devrait également bénéficier des économies d’énergie qui auraient une incidence directe sur l’EBE à travers l’intégration du charbon aux dépens du fuel. Ce dernier devrait d’ailleurs s’établir à 1milliard de DH, en hausse de 24% par rapport à 2016. De plus, avec une contribution de l’activité export de 30% dans le chiffre d’affaires consolidé, le taux d’imposition du groupe devrait s’alléger de 4 points. Au final, tenant compte d’une structure financière désendettée, le RNPG afficherait une hausse de 19%, à 614 MDH. Au volet rémunération des actionnaires, la capacité du Groupe Cosumar à préserver une tendance haussière de ses dividendes sur le moyen terme constitue un argument solide en faveur du titre. D’ailleurs, celui-ci devrait, selon les prévisions, poursuivre sa dynamique positive en bourse. Dans ce sillage, le titre Cosumar est valorisé à 340 DH, soit un potentiel de hausse de 17% par rapport à son cours de référence du 22 août. Dans ces conditions, les analystes recommandent la valeur à l’achat.

Sonasid valorisée à 995 DH

Pour sa part, Sonasid évolue dans un contexte sectoriel où l’on relève une réelle prise de conscience de la part des sidérurgistes locaux quant à la nécessité de rationaliser leur comportement concurrentiel et ce, après un processus d’apprentissage qui a duré près de 5 ans. Dans ce nouveau contexte, les prix du rond à béton (RAB) sur le marché domestique devraient afficher un redressement sensible de 25% en 2017. Aussi, le redressement visible du secteur sidérurgique à l’international sous l’effet de la reprise de la consommation d’acier en Chine semble impliquer une nette hausse des prix des produits finis. Ce constat se reflète clairement sur la hausse des prix à l’import de 29% au 1er trimestre 2017. A la lumière de ces éléments, SONASID devrait afficher au 1er semestre un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de DH, en hausse de 12%. L’Excédent brut d’exploitation devrait marquer une très forte hausse de 135,3%, à 213 MDH. Au final, le RNPG devrait basculer en territoire positif à 70 MDH, après avoir accusé un déficit de 61 MDH en 2016.

Avec une trésorerie récurrente de 653 MDH et un besoin limité en investissements, SONASID devrait renouer avec une politique de distribution de dividendes généreuse. A compter de 2017, les analystes anticipent un payout de 100% et recommandent ainsi d’acheter le titre en lui réservant un cours cible de 995 DH, soit un potentiel de hausse de 24,5% par rapport à son cours du 22 août.

CMT : potentiel de rattrapage important

L’autre valeur privilégiée par les analystes est la Compagnie minière de Touissit qu’ils recommandent à l’achat. Le cours cible devrait atteindre 1850 DH, soit 15,5% de plus que son cours du 18 août. Dans un contexte minier porteur, CMT devrait profiter à court terme des perspectives positives concernant le plomb et le zinc. Dans ces conditions, l’opérateur atteindrait une capacité bénéficiaire de 100 MDH au 1er semestre 2017, en hausse de 56,3%. En outre, compte tenu de l’achèvement de la phase de financement de son projet d’investissement qui consiste à relever la production de 30% à l’horizon 2020, la compagnie devrait revenir dès 2017 à un DPA moyen supérieur à 70 DH contre 48DH en 2016.

A noter que par rapport au secteur coté, le titre CMT dispose d’un potentiel de rattrapage intéressant en termes de ses multiples de valorisation. Il s’agit d’un P/E de 11,8x, soit deux fois inférieur à celui du secteur minier coté et un D/Y attractif de 5,4% sur la période 2017-2019.

Total Maroc : beaucoup de cash à servir aux actionnaires

Enfin, la société de bourse recommande l’achat du titre Total, qu’elle valorise à 1 765 DH (+9% par rapport au cours du 22 août). En effet, suite à la libéralisation du secteur des produits pétroliers liquides et l’abolissement du système de compensation, les structures de profitabilité et de BFR de Total Maroc ont considérablement évolué. Le FCF récurrent s’élèverait ainsi à 850 MDH par an et la trésorerie cumulée à 1 milliard de DH à l’horizon 2019. Le groupe devrait profiter de la stabilité des cours du baril à des niveaux bas, ce qui allégerait les pressions sur les marges des distributeurs. Ainsi, Total Maroc disposerait d’une meilleure marge de manœuvre pour préserver un bénéfice récurrent autour des 850 MDH.

Dans une logique de rentabilité financière, l’actionnaire de référence serait amené in fine à réorienter cette accumulation importante de cash vers la distribution des dividendes ou bien vers la concrétisation d’une opération de croissance externe.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *