Le Maroc manque de sang : Les donneurs réguliers se font rares !
10 août 2017
Lavieeco (23285 articles)
0 Commentaire
Partager

Le Maroc manque de sang : Les donneurs réguliers se font rares !

Le don du sang n’est pas encore devenu un réflexe chez les Marocains. Depuis le mois de janvier 2017 à ce jour, 260.000 dons ont été collectés au niveau national.

Le Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie (CNTSH) espère que 1% des Marocains auront fait don de leur sang d’ici fin 2017, soit un total de 350.000 dons. Rappelons à ce sujet que le pourcentage de donneurs par rapport à la population demeure faible (0,96%), alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un taux minimum de 1%. L’enjeu aujourd’hui est d’inciter un maximum de personnes ayant donné leur sang  à se transformer en donneurs réguliers. Il faut signaler à ce sujet qu’ils ne représentent que 22%. Et pourtant, seuls les dons réguliers peuvent garantir un approvisionnement suffisant en sang. Le Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie (CNTSH) tire la sonnette d’alarme. Celui-ci a émis un appel urgent au don de sang pour parer à la pénurie. «La régularité des dons est indispensable car le sang a une durée de vie courte (5 jours pour les plaquettes). Le principal problème est de fidéliser les donneurs réguliers», indique le Dr Mohamed Benajiba, directeur du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie (CNTSH). Pour cela, le CNSTH a mis en place une stratégie qui repose sur deux grandes mesures, à savoir l’amélioration de l’accueil au niveau des centres de prélèvement et l’élaboration d’un fichier national des donneurs de sang. Le centre a ainsi mis en place une application destinée à rappeler les donneurs. Ainsi, lorsqu’un donneur se présente à un centre de prélèvement, ses données seront enregistrées.  Il sera rappelé deux mois plus tard par SMS ou par email. «Cette application est déjà opérationnelle dans 8 centres de transfusion sanguine. Dès 2018, tous les centres seront dotés de cette application qui permet ainsi de mieux gérer notre base de données», signale le président du CNTSH.   Durant la saison estivale, les stocks de sang atteignent des niveaux inquiétants alors que les besoins sont toujours très importants.  En effet, l’été est traditionnellement une période sensible, avec une diminution de la fréquentation des structures de prélèvement. Pour pallier cette situation, chaque année  des caravanes mobiles  se déplacent dans plusieurs  villes du Royaume pour faciliter la tâche aux donneurs. «Lors de notre déplacement à Martil, nous avons constaté une forte affluence des donneurs en fin d’après-midi et durant la soirée. De 18h à 1h du matin, ils étaient près de 120 journalièrement à faire don de leur sang alors que durant la matinée, il n’était pas plus de 15», fait remarquer  le Dr Benajiba. Pour alimenter les stocks de produits sanguins , le directeur du centre appelle les Marocains à participer massivement et régulièrement aux dons de sang en se  présentant  aux centres de transfusion sanguine au moins trois fois par an. Les dons de sang sont nécessaires pour sauver des accidentés, mais aussi des malades qui ont besoin chaque jour de produits sanguins. Ainsi, chaque année des centaines de milliers de malades  sont soignés grâce aux dons de sang. C’est le cas lorsqu’une hémorragie se produit, par exemple lors d’un accouchement, d’une opération chirurgicale ou en traumatologie après un accident. Ces dons permettent également de soigner des patients atteints de maladies de sang telles que  la thalassémie   qui nécessite des transfusions tout au long de la vie, ainsi que les besoins en cancérologie. Rappelons qu’en 2016, 313.456 dons ont été collectés, affichant ainsi une progression de 5,6% par rapport à l’année 2015. Le CNTSH est le seul centre habilité par la loi à récolter et distribuer du sang. Pour ce faire, il dispose de 16 centres régionaux à travers le pays. Le CNTSH supervise l’activité de 16 centres régionaux de transfusion sanguine, mais aussi des banques de sang et des antennes réparties sur l’ensemble du territoire national.

Laila Zerrour

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *