20 janvier 2011
Lavieeco (25132 articles)
0 Commentaire
Partager

Cholestérol, le bourreau du coeur !

Le cholestérol en questions :

Qu’est-ce que le cholestérol ?

Le cholestérol est une graisse indispensable au fonctionnement de l’organisme qui est fabriqué pour deux tiers par le foie et apporté pour un tiers par l’alimentation. C’est un constituant de la paroi de nos cellules qui entre aussi dans la composition de nombreuses hormones comme les hormones sexuelles.

Pourquoi parle t-on de bon et mauvais cholestérol ?

Le cholestérol n’étant pas soluble dans le sang, il est transporté par des lipoprotéines spécifiques : les HDL (high density protein), représentant le bon cholestérol (chargées de ramener l’excédent de cholestérol vers le foie où il est transformé et éliminé) et les LDL (low density lipo-protein) transportant le cholestérol provenant des aliments et acheminé vers les cellules. Le LDL- cholestérol équivaut au mauvais cholestérol puisque des taux élevés sont associés à un risque cardiovasculaire mportant.

L’excès de cholestérol peut-il avoir des conséquences graves pour la santé ?

L’hypercholestérolémie est une maladie insidieuse, totalement dénuée de symptômes qui entraîne des risques cardio-vasculaires majeurs. En effet, lorsque les LDL-cholestérols s’accumulent, ils se déposent sur les parois des artères, formant des plaques qui s’épaississent au fil du temps (athérosclérose), et finissent par boucher les vaisseaux. En fonction de l’artère obstruée, les complications surviennent alors : infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, artérite des membres inférieurs.

Quelles sont les causes de l’hypercholestérolémie ?

L’hérédité : bien qu’il n’y ait pas de transmission systématique, il peut y avoir plusieurs cas présents dans une même famille. L’alimentation : trop riche en cholestérol et en graisses saturées (beurre et produits laitiers entiers, oeufs, viande grasse). Certaines pathologies (maladie rénale, thyroïdienne, diabète) ou classes de médicaments (pilules oestro-progestatives, cortisone) entraînent aussi un taux élevé de cholestérol.

Comment savoir si on a trop de cholestérol ?

Il n’y a souvent aucun signe indiquant qu’on a une hypercholestérolémie et c’est l’analyse sanguine qui va mettre en évidence un excès de cholestérol. Dans un premier temps, il est réalisé un dosage du cholestérol total qui, lorsqu’il est perturbé (> 2g/l, avec une augmentation conjointe des triglycérides), donnera lieu à un bilan plus approfondi : dosage du bon et du mauvais cholestérol.

Quelles sont les mesures à prendre pour diminuer le taux de cholestérol ?

Dans la grande majorité des cas, on commence par des mesures hygiéno-diététiques sans médicament hypolipémiant associé, ui vont permettre de diminuer sensiblement (si elles sont bien suivies) le taux de LDL-cholestérol. Ce n’est qu’au bout de deuxtrois mois qu’on introduit éventuellement les médicaments si le taux de cholestérol ne s’est pas abaissé à la valeur souhaitée.

Y a-t-il une valeur “idéale” de cholestérol à atteindre ?

Non, elle dépend de chaque patient et de son risque cardio-vasculaire. Si ce dernier est haut (autres facteurs de risque associés : diabète, hypertension artérielle ; antécédents cardio-vasculaires : infarctus, AVC), on sera beaucoup plus exigeant sur la valeur à atteindre. Et, dans ce cas de figure, les médicaments seront d’emblée inclus dans le schéma thérapeutique du patient.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *