Sociéte

La trilogie «The invisible ennemy» (l’ennemi invisible) rend hommage à des femmes et des hommes qui luttent contre l’extrémisme religieux. Asmae Lamrabet, Abdelkrim Chadli, mais aussi des personnes moins connues comme le coach Aziz Baghour montrent l’exemple. La série documentaire se penche également sur le travail accompli par l’Etat, surtout dans sa gestion de la chose religieuse.

La scolarisation des jeunes enfants, de 4 à 6 ans, connaît un important retard. Plus de 40% d’entre eux ne bénéficient pas d’un enseignement préscolaire. «Preschool Heroes 75», «Aneer»…, la Fondation Zakoura multiplie les initiatives pour rattraper les retards. Le ministère de tutelle devrait présenter son projet de réforme à la prochaine rentrée scolaire.

Deuxième édition du Salon officiel des Marocains résidant à l’étranger, le J Expo 2016, qui se tient du 28 au 30 juillet prochains à la Foire internationale de Casablanca, avec la participation des acteurs publics (ministères, Régions, Agences urbaines, CRI…)

«Terres des femmes» est une association qui promeut une poterie réalisée exclusivement par des femmes. Taounate, El Hoceima, Oued Laou ou encore Chefchaouen sont les régions investies par l’association. Les femmes bénéficiaires habitent dans
des douars enclavés, difficiles d’accès.

«L’arabe n’est pas valorisé et les élèves ne sont pas motivés»

Le niveau en arabe a toujours été faible mais il a considérablement baissé ces dernières années. Pour certains, cela est dû aux manuels et au profil des professeurs. Pour d’autres, il s’agit beaucoup plus d’une mauvaise perception de la langue par les élèves et leurs familles…

«Il n’y a pas d’autres choix que d’opérer la transition, même dans la douleur»

200 associations se sont regroupées pour former la Coalition marocaine pour la justice climatique (CMJC). «Zéro Mika», une opération de ramassage de déchets plastiques a eu lieu entre le 24 et le 26 juin dernier. Gouffa, sacs en papier et tupperwares pour remplacer les sacs en plastique.

«Les étudiants raisonnent davantage en termes d’opportunités que d’ancrage géographique…».

Ils sont 55 000, dont 35 000 en France, à suivre leurs études supérieures à l’étranger. Ils sont de plus en plus nombreux à opter pour une carrière à l’étranger. Pourquoi ne veulent-ils pas rentrer au pays ?

«Il est impensable qu’une ville comme Casablanca ait encore une décharge à ciel ouvert».

Les fictions turques et les magazines de faits divers monopolisent les chaînes nationales. Plus de la moitié des téléspectateurs regardent les chaînes étrangères. Les critiques de l’audiovisuel dénoncent l’improvisation et le manque de créativité de la production nationale…