La vitrine du Maroc
17 avril 2017
Saad Benmansour (1021 articles)
0 Commentaire
Partager

La vitrine du Maroc

Le Plan Maroc Vert n’est pas né entier le premier jour et ne s’est pas complété les premiers mois ni la première année. Et c’est cela le propre même d’une stratégie.

Avec le Plan Maroc Vert lancé il y a presque dix ans, le Maroc a pu accumuler en un temps relativement réduit une précieuse expérience qu’il peut aujourd’hui faire valoir et partager à l’international et particulièrement sur le continent africain. Ce dernier est d’autant plus demandeur qu’il est confronté, comme en ce moment, de manière cyclique, à des épisodes de rareté des ressources, de faiblesse des récoltes et surtout de menaces sur la sécurité alimentaire des populations. C’est là déjà une première preuve qui conforte le Maroc dans ses choix quand il n’a pas cédé au fatalisme de certains hauts responsables qui, il y a quelques années, voulaient enterrer le secteur parce qu’il était moribond, non rentable, archaïque. Or il s’est avéré, depuis 2008, avec le Plan Maroc Vert, que l’agriculture peut être un secteur performant, rentable, capitalistique tout en préservant son caractère éminemment social, solidaire, familial. Ceux qui pronostiquaient, en 2008, une catastrophe pour la petite agriculture se sont trompés. Aujourd’hui, l’agriculture familiale est non seulement préservée, protégée mais elle est aussi devenue créatrice de richesses et d’emplois. Aucune stratégie au monde ne peut être infaillible à tous les niveaux et au premier coup d’essai. Le Plan Maroc Vert n’est pas né entier le premier jour et ne s’est pas complété les premiers mois ni la première année. Et c’est cela le propre même d’une stratégie. Les grandes orientations restent globalement les mêmes mais les objectifs intermédiaires bougent forcément parce que le contexte change, les donnes nationales et internationales sont constamment en mouvement. Le plus important est que la dynamique soit globalement dans le bon sens et elle l’a été depuis le départ. Il n’y a pas de honte à ce qu’on puisse rectifier le tir, corriger, améliorer, développer. Le plus dangereux est de rester prisonnier d’un schéma initial figé. Ainsi, au fil de la mise en œuvre du PMV, le Maroc a développé son savoir-faire en la matière et a réadapté son approche aux problématiques et priorités du moment. C’est comme cela d’ailleurs que de grandes thématiques sont apparues en cours de route comme l’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques ou encore celle cruciale de la sécurité alimentaire. L’agriculture n’est plus aujourd’hui un fardeau pour l’économie marocaine mais réellement un moteur de croissance et une source de création de valeur. Mieux, l’agriculture est aujourd’hui la meilleure vitrine que peut avoir le Maroc en matière de conduite des réformes. Ce secteur est également un excellent réceptacle de technologies où l’on peut retrouver les avancées réalisées dans certains secteurs comme les énergies renouvelables, la machinerie, les industries chimiques, la recherche agronomique et bien d’autres domaines de pointe. Avec la formidable évolution qu’elle a connue ces dix dernières années, l’agriculture marocaine est presque une reproduction miniature fidèle du Maroc entreprenant des quinze dernières années…

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *