Politique Migratoire : Une approche authentique, humaniste et solidaire
19 septembre 2016
Tahar Abou El Farah (894 articles)
0 Commentaire
Partager

Politique Migratoire : Une approche authentique, humaniste et solidaire

C’est l’une des problématiques que le Maroc a su gérer intelligemment. Au lieu de subir l’immigration et jouer, comme l’auraient souhaité ses partenaires, le gendarme de l’Europe, le Royaume a décidé de faire autrement. Il a adopté, il y a quelques années, une politique authentique, humanitaire et solidaire. Et il peut s’en enorgueillir aujourd’hui.

Ainsi, comme l’a affirmé SM le Roi lors du dernier discours du 20 Août, le Maroc, qui a «longtemps récusé les méthodes suivies par certains pour traiter les questions de la migration, méthodes qui se sont, d’ailleurs, révélées inopérantes», compte parmi les premiers pays du Sud à avoir adopté une «politique solidaire authentique pour accueillir les migrants subsahariens, selon une approche humaine intégrée qui protège leurs droits et préserve leur dignité». Pour mettre en œuvre cette politique, a rappelé le Souverain, le Royaume a procédé à la régularisation des migrants, «conformément à des critères raisonnables et équitables, en créant pour eux les conditions appropriées pour s’établir, travailler et vivre dignement au sein de la société». Dans ce cadre, SM le Roi a appelé ceux qui critiquent le Maroc d’offrir aux immigrés «ne serait-ce qu’une infime partie de ce que nous avons réalisé en la matière», regrettant les dérives qui ont marqué la gestion des questions de la migration au niveau de l’espace méditerranéen, «faisant l’impasse sur toute politique réelle d’insertion des immigrés».

Le Souverain a également noté avec beaucoup de considération et de satisfaction la particularité de ces immigrés, «à savoir une bonne moralité et une bonne conduite à l’égard d’autrui, l’ardeur à l’ouvrage, le respect de la loi, des valeurs et des constantes sacrées des Marocains». Partant de là, et en ayant agi de la sorte, le Maroc ne s’attend nullement à une reconnaissance de la communauté internationale ni à en tirer des mérites ou encore des louanges. Ce qu’il a fait, il l’a fait par devoir envers ses frères. «Je tiens à réaffirmer que nous ne faisons que remplir le devoir qui nous incombe vis-à-vis de cette catégorie, étant donné qu’il s’agit de personnes que la précarité a poussées à risquer leurs vies et à quitter leurs familles et leur pays», a ajouté SM le Roi.

La crédibilité du Maroc en matière de droits de l’Homme confortée

Par ailleurs, et comme l’a souligné le Souverain, il y a un peu moins de trois années, lors du discours du 6 Novembre 2013, les relations privilégiées qui unissent le Maroc aux pays de l’Afrique subsaharienne ne sont pas que politiques et économiques. Ce sont, dans le fond, des liens humains et spirituels séculaires. Eu égard à la situation qui prévaut dans certains de ces pays, nombre de leurs citoyens immigrent au Maroc d’une façon légale ou illégale. Jadis point de passage vers l’Europe, notre pays s’est transformé en destination de résidence. «Face à l’accroissement sensible du nombre des immigrés venus d’Afrique ou d’Europe, nous avons invité le gouvernement à élaborer une nouvelle politique globale relative aux questions d’immigration et d’asile, suivant une approche humanitaire conforme aux engagements internationaux de notre pays et respectueuse des droits des immigrés», a affirmé le Souverain.

SM le Roi, pour illustrer l’intérêt particulier qu’il attache à ce volet, a tenu à charger un département ministériel des questions d’immigration. C’est pour cela que le domaine de compétences du ministère chargé des MRE a été étendu à la gestion de la politique de l’immigration et de l’asile. Cette initiative a rencontré, souligne SM le Roi, un accueil largement favorable auprès des parties directement concernées par cette problématique, et plus particulièrement les pays subsahariens frères, les Etats de l’Union Européenne, et les différentes instances et organisations onusiennes, régionales et internationales concernées par le phénomène migratoire et les droits de l’Homme. Ce qui n’a pas manqué de conforter la crédibilité du Maroc en matière de droits de l’Homme. Le Maroc n’est pas resté à ce stade en la matière. Ainsi soulignait le Souverain dans ce discours du 6 Novembre 2013 : «Afin de conforter cette orientation, le Maroc a présenté, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies de cette année, l’initiative de l’Alliance africaine pour la migration et le développement». «C’est une initiative axée sur une vision africaine commune et des principes humanitaires devant présider aux questions migratoires», affirmait-il. «Elle s’appuie également sur la responsabilité partagée entre les pays d’origine, de transit et d’accueil, et sur le lien étroit entre immigration et développement», ajoute SM le Roi. Cela parce que la problématique migratoire concerne tous les Etats et tous les peuples.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *