Un centre de traitement et de recherche en addictologie à  l’hôpital Ar-Razi
19 décembre 2008
Lavieeco (25050 articles)
0 Commentaire
Partager

Un centre de traitement et de recherche en addictologie à  l’hôpital Ar-Razi

Un centre qui répond aux normes internationales en matière de désintoxication et de post-cure. Il collaborera avec l’Inserm et autres centres en Europe et aux USA Il accueillera les patients quelle que soit leur origine géographique.

L’hôpital universitaire Ar-Razi, spécialisé dans les maladies psychiatriques et la lutte contre la toxicomanie, vient de se doter d’un Centre national de traitement, de prévention et recherche en addictologie. Ce centre, qui répond aux normes des centres internationaux de désintoxication et de post-cure, indique le Pr Jalal Toufiq, médecin-chef de l’établissement, comprend deux unités de désintoxication et de post-cure, de 16 lits pour les hommes et de 6 pour les femmes. On y trouve également une unité destinée à la délivrance de la méthadone, traitement de substitution aux dérivés opiacés.

Ce centre dispose d’une cellule pour la recherche, d’une structure d’information sur la réduction du risque lié à la prise de drogue en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, d’une bibliothèque, d’une salle de sport, de jeux et de musique, de deux salles de séjour avec télévision, vidéo, lecteur DVD et chaîne hi-fi et de plusieurs salles polyvalentes. Un directeur du centre, un professeur agrégé, 1psychiatre comfirmé, 2 en formation, un infirmier-chef 1er grade, 7 infirmiers 2e grade, 2 psychologues et un personnel de soutien veillent à son bon fonctionnement.

Le centre a trois missions, selon le Pr Toufiq. Le traitement des patients ayant un problème d’addictologie, en leur offrant des conditions appropriées pour un sevrage, en les aidant pour une prise de conscience de leur problème, en leur offrant des moyens psychothérapiques et des techniques pour mieux gérer les facteurs de rechute, à maintenir l’abstinence et à faciliter leur réadaptation sociale. C’est également un centre de recherche qui collabore avec l’Inserm et des centres américains et européens. Le centre organise par ailleurs des campagnes de sensibilisation au profit des enfants et des adolescents.

Le centre dispose d’une unité responsable de la réduction du risque lié à la prise de drogue, essentiellement par voie injectable. L’unité de désintoxication et de post-cure est ouverte à tous les patients qui abusent ou dépendent de substances psycho-actives (alcool, drogues, médicaments), quelle que soit leur origine géographique. L’admission est décidée par une équipe médicale spécialisée. Un entretien à l’admission permet une évaluation globale (motivation, conduites addictives, état psychiatrique, somatique, situation familiale et sociale). Chaque patient sera lié à l’équipe soignante par un contrat thérapeutique et de confiance et bénéficiera, durant son séjour, d’une aide médicale régulière avec un traitement adapté, de séances de psychothérapie (thérapie motivationnelle, thérapie cognitive, groupe de parole, thérapies corporelle et de relaxation, techniques de gestion et prévention de la rechute, etc.), de séances d’informations et d’éducation (information sur l’addiction, sur les méfaits des différentes drogues, risques liés à l’usage de la voie injectable – sida/hépatites B et C -, prévention des rechutes…), de séances d’ergothérapie et d’intégration sociale (projections vidéo, activités sportives, éducatives, musique, ateliers d’écriture et de dessin…), d’un accompagnement psycho-social et de mesures de réhabilitation, d’un accompagnement et d’une prise en charge familiale ainsi que d’un suivi après l’hospitalisation.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *