«Mon équipe ronronne !»
3 novembre 2017
Yasmina Rheljari (344 articles)
0 Commentaire
Partager

«Mon équipe ronronne !»

J’ai la chance de travailler avec la même équipe depuis des années.
Nous nous connaissons très bien, nous avons partagé tellement de choses ensemble ! Le seul hic c’est que je sens que nous nous sommes relâchés depuis quelque temps. Nous avons tellement l’habitude de faire ce que nous faisons que nous commençons à le faire mal. Je ne sais pas trop comment redresser la barre tellement les habitudes sont ancrées et la conviction de la plupart de faire «bien» est ancrée ! Que me conseillez-vous ? G.T. – Casablanca

C’est votre rôle de rugir. Comme vous avez raison de vous poser cette question ! Et comme il est normal de le faire aujourd’hui aussi !

Une entreprise vit des cycles ; le démarrage toujours en mode «challenger», où tout est possible et où l’on fait toujours mieux que la concurrence, ne serait-ce que parce que nous sommes les «nouveaux» sur le marché; puis la phase de croissance avec tous les aléas à gérer et enfin la stabilisation. Et c’est là que la zone de confort s’installe avec son lot de «médiocrité insidieuse».De «on a toujours fait comme ça» et autre «mais pourquoi changer aujourd’hui?» On pense au contraire que nous y sommes ARRIVES et donc on ne change RIEN : pourquoi changerait-on une recette gagnante ? Sauf que la DLC de cette recette est depuis longtemps dépassée d’après ce que vous dites.

Aussi, ce n’est pas l’étiquette qu’il faut changer. Mais bien plus : l’emballage, voire le produit ! Alors, RUGISSEZ : oui ! Et faites en sorte de ne pas être le seul à le faire !

Il est vrai que culturellement, la critique est souvent interprétée comme une agression. Une agression et non une remise en question. On critique, donc cela veut dire qu’on n’aime pas le travail qui est fait, ou pire que ce travail est mauvais. Et donc, on se braque. On est dans l’émotion au lieu de se placer dans un registre plus rationnel et logique surtout.

La critique, un exercice parfois périlleux

Aussi, vous aurez donc à formuler cette critique en étant prudent. Prudent ET honnête. Prenez le temps pour cette discussion, rappelez vos succès passés, vos moments de doute aussi, et enchaînez sur l’importance de savoir se remettre en question. Agissez aussi sur le levier de cette fierté d’appartenance qui est le socle de cette équipe. Elle VEUT elle aussi, comme vous, faire en sorte que votre entreprise (ou devrais-je dire LEUR entreprise) soit toujours au top.

Au fil des années vous avez sans doute tissé de magnifiques liens avec vos collaborateurs. Des liens basés sur le respect et la confiance. Et avec ces deux «ingrédients», beaucoup de choses peuvent être dites et donc entendues.Alors dites simplement les choses sans omettre de souligner que si, aujourd’hui, vous demandez plus, c’est justement parce qu’ils ont démontré qu’ils en étaient capables.

Enfin, n’oubliez pas de vous intégrer dans cette remise en question et de le reconnaître devant votre équipe. Car si votre équipe ronronne aujourd’hui, c’est aussi parce que le «boss» a arrêté de rugir, n’est-ce pas?

Laissez-les faire

Votre rôle consiste à identifier la ligne d’arrivée, le WHAT : Que voulez-vous atteindre pour les 5 prochaines années ? Quels résultats ? Quelle image de marque ? Quel positionnement ? Faites-les rêver non pas dans une allégorie impossible mais dans un cheminement logique et SMART !

Vous devez fédérer votre équipe sur ce WHAT et la laisser vous faire des propositions, voire pousser le rêve commun encore plus loin ! Je sais que vous avez certainement de nombreuses idées, mais vous n’en avez certainement pas le monopole, n’est-ce pas ?

Et n’oubliez pas, rugir seul c’est bien. Mais rugir en équipe c’est encore mieux !

A vous de jouer !

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *