Tableaux de bord RH : comment mieux gérer le capital humain
31 janvier 2018
Brahim Habriche (1919 articles)
0 Commentaire
Partager

Tableaux de bord RH : comment mieux gérer le capital humain

Evolution de la masse salariale, turn-over, absentéisme, gestion des hauts potentiels, formation et même indice de bonheur, les entreprises mettent en place des tableaux de bord RH pour mieux peaufiner leur politique RH. La qualité des décisions dépend de la qualité des informations détenues.

Comme la finance, le marketing ou la production, la gestion des ressources humaines n’arrête pas d’évoluer. Au départ, les entreprises à fort effectif et possédant des filiales ou des implantations diverses, utilisaient des statistiques pour suivre l’évolution de leurs effectifs. Depuis, plusieurs indicateurs s’y sont greffés pour permettre de produire des données essentielles pour l’élaboration d’une politique RH. Evolution de la masse salariale, turn-over, absentéisme, accidents de travail, gestion des hauts potentiels, formation et même indice de bonheur, les entreprises s’alimentent en informations pertinentes, fiables et utiles. Comme dans les autres fonctions ou centres de profit, la GRH, qui contribue aussi à la création de valeur, répond à des règles. Et pour pouvoir bien la mener, il est impératif de disposer de tous les outils d’aide à la décision.

Toutefois si certains de ces indicateurs semblent intemporels et nécessaires, d’autres, en revanche, doivent être pris en considération selon le secteur ou la conjoncture. «Dans un contexte de tension sociale ou de crise, les indicateurs relatifs à la paix sociale montent au créneau. Par contre, dans un contexte de guerre des talents, les indicateurs d’attractivité et de fidélisation des effectifs gagnent du terrain», explique Mohamed Benouarrek, DRH à Promamec.

Valoriser les indicateurs pour prendre les meilleures décisions

Pour sa part, Asmae ElKohen, directrice du capital humain de l’Office national des aéroports (ONDA), admet que la notion de tableau de bord a beaucoup plus de difficultés à s’imposer et reste encore fort peu utilisée. En dehors des traditionnelles statistiques d’effectifs, de rotation du personnel et d’absentéisme, cet outil de pilotage et d’aide à la prise de décision est néanmoins appelé à se développer.

Toujours est-il qu’il n’existe pas de bon ou de mauvais tableau de bord. Le plus important, c’est qu’il réponde au besoin de l’utilisateur en l’aidant à prendre la bonne décision en temps opportun et lancer les actions adéquates alignées sur les orientations stratégiques de l’entreprise.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *