Recadrer un collaborateur : Avis de Karim El Ibrahimi, DG RMS Conseil
2 mai 2018
Brahim Habriche (1919 articles)
0 Commentaire
Partager

Recadrer un collaborateur : Avis de Karim El Ibrahimi, DG RMS Conseil

Karim El Ibrahimi : Un manager doit établir un contrat moral avec son collaborateur en difficulté

Recadrer une personne dans son travail est important pour un manager. Cela fait partie de ses prérogatives. En d’autres termes, il est nécessaire, pour redonner un nouveau souffle ou remotiver une équipe en berne, de déclencher le signal d’alarme pour rappeler aux collaborateurs l’importance de leur mission et leur faire prendre conscience des erreurs à ne pas répéter.
Un manque ou un mauvais leadership explique souvent les problèmes des équipes que nous observons fonctionner. Ceci pourrait s’expliquer d’abord par le manque de motivation du manager lui-même. Combien de fois, en effet, nous rencontrons de cas où le chef a purement et simplement abdiqué de son rôle de chef d’équipe.

Deux choses sont importantes pour un bon recadrage. Premièrement, un manager doit établir un contrat moral avec son ou ses collaborateurs en difficulté. Ce qui signifie que le manager doit s’interroger sur ce qu’il attend de son collaborateur et vice-versa. Plutôt que de se focaliser sur ce qui ne va pas, mieux vaut se demander ce qu’il devrait faire pour que cela aille mieux. C’est important.
Dernièrement, j’avais constaté la nonchalance d’un des collaborateurs. Pourtant, c’était un bon élément. Je pouvais le blâmer, le réprimander. Mais, il n’en fut rien.

Pour résoudre le problème, j’avais pris rendez-vous avec lui en dehors du cadre de travail pour connaître ses raisons. Dès lors, il m’avait expliqué qu’il avait trouvé un nouveau job ailleurs et qu’il hésitait encore à sauter le pas. Nous avons discuté à bâtons rompus et je lui avais expliqué que je restais à son écoute et que j’approuverai toutes ses décisions. L’important a été de garder cette confiance mutuelle.
Deuxièmement, je pense qu’il faut établir des règles de fonctionnement.

Il revient au manager de chercher avec l’intéressé des méthodes de travail différentes ou d’autres moyens pour lui redonner goût au travail. Souvent, de petits mots d’encouragement, la reconnaissance d’un travail bien fait ou l’implication dans un dossier peuvent remonter le moral et changer complètement un état d’esprit.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *