Quand la veille devient une obligation pour les entreprises
16 juin 2017
Brahim Habriche (1793 articles)
0 Commentaire
Partager

Quand la veille devient une obligation pour les entreprises

De plus en plus d’entreprises déploient des cellules de veille pour scruter l’évolution du marché et préserver leur image. Projet d’entreprise, ambiance de partage…, une veille efficiente nécessite un environnement favorable n Les outils du big data sont d’un apport considérable.

Concurrence, environnement technologique, e-réputation, environnement réglementaire et juridique, normes de sécurité… De plus en plus d’entreprises déploient des cellules de veille pour scruter l’évolution du marché dans différents domaines en vue de s’adapter, de progresser et préserver leur image. La veille ou pour être plus à la page, l’intelligence économique, est devenue une obligation. Dans les grands groupes privés par exemple, des ressources qualifiées sont affectées à cette tâche d’observation et d’analyse. Les organismes publics ont franchi le pas en créant des entités de prospective et de veille.

C’est le cas notamment de la Primature qui s’est doté d’un centre de veille stratégique (CSV) il y a plus de 10 ans. Basée à la Direction des investissements extérieurs, cette entité s’inscrit dans la stratégie d’accompagnement du Royaume dans la mise en œuvre de sa stratégie industrielle «Emergence».

La PME n’est pas non plus exempte de cette démarche. Trop souvent, les petites structures font la veille sans même le savoir. Cependant, une veille efficiente nécessite un environnement favorable. L’entreprise doit ainsi développer une ambiance de partage. La veille doit également être basée sur un projet d’entreprise. Le dirigeant doit ainsi être communicant, donc ayant un esprit ouvert.

Une démarche multicanal et participative

Pour Jerôme Mouthon, président de Buzzeff.tv, «la démarche doit être clairement multicanal et participative au sein de l’entreprise. Elle permet d’impliquer les membres de l’équipe tout en les responsabilisant sur le rôle contributeur qu’ils peuvent avoir». Sur le plan technique, les outils de big data sont d’un apport considérable mais leur usage n’est pas encore très répandue sur la place. «Ils sont moins connus, moins utilisés et plus difficiles à appréhender sans une certaine connaissance technique. Cependant, ils sont beaucoup plus puissants pour transformer la donnée non structurée en données plus structurées et plus activables pour le management et pour la prise de décision», explique Nabil Haffad, expert en marketing digital, directeur général de Archipel Digital. Compte tenu de la multiplication des canaux de communication, le big data deviendra incontournable. En tout cas pour être proactif, tous les outils ont leur importance.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *