Nos émotions, cette énigme qui gagnerait à être comprise
10 août 2017
Lavieeco (23601 articles)
0 Commentaire
Partager

Nos émotions, cette énigme qui gagnerait à être comprise

Capacité à reconnaître, comprendre et maîtriser ses émotions et à composer avec celles des autres, la conscience émotionnelle constitue le premier pas vers l’intelligence émotionnelle. Les émotions s’affinent avec la pratique et l’expérience.

Avant d’aller plus loin dans la lecture de cet article, fermez les yeux et demandez-vous ce que vous ressentez ! Ce que vous ressentez réellement. Heureux, inspiré, reconnaissant, triste, en colère… Tous ces adjectifs sont loin d’être anodins, ils reflètent nos EMOTIONS.

Nos émotions sont communiquées de façon verbale ou non verbale. Du côté non verbal, les émotions sont typiquement accompagnées par des expressions et mimiques du visage : un sourire, un rictus, un froncement de sourcils… Quand bien même ces micro-expressions seraient maîtrisées ou contrôlées, elles seraient trahies par notre voix, miroir de nos émotions.

Alors quelle est votre émotion ou état actuel ? Quelle est l’expression de votre visage à cet instant? Quelle est la tonalité ou le ton de votre voix? Afin de pouvoir répondre à ces questions, je vous propose de faire un petit voyage au cœur des émotions…

Le mot «Emotion» vient du latin motio (mouvement) et e (qui vient de) ou (hors de).

Ceci reflète assez bien le sens même du mot «Emotion» ; à savoir un mouvement provoqué par une excitation extérieure. Une émotion révèle des informations sur ce que nous vivons et nous aide à savoir comment réagir.

La roue des émotions

Si plusieurs spécialistes se sont succédé pour classifier les émotions (primaires/ secondaires, cognitives / instinctives…), l’on retient souvent celle de Robert Plutchnik, psychologue et professeur émérite.

Sa roue des émotions présente 8 émotions de base ou fondamentales (peur, colère, joie, tristesse, confiance, dégoût, anticipation et surprise). Il y a également incluse l’idée d’un cercle des émotions et celle d’une palette de couleurs. Et ce, afin de montrer que toute émotion peut s’exprimer à divers degrés, voire se combiner à une autre pour former une émotion différente. Ainsi, de la joie combinée à la confiance, résulte l’amour ; quand le désappointement nait lorsque la tristesse s’allie à la surprise.

Les émotions secondaires, à l’instar de la nostalgie, sont des mélanges d’émotions de base ; elles sont aussi appelées émotions mixtes. Ainsi, par exemple, d’après Paul Ekman, la honte est une émotion mixte, fruit d’une combinaison entre peur et colère.

De la conscience émotionnelle à l’intelligence émotionnelle

Les émotions font partie de la nature humaine. Nous en sommes dotés depuis la naissance ; vous avez sûrement dû faire attention aux expressions faciales et spontanées des bébés, même tout petits. Ils expriment des émotions (en riant, pleurant ou étant surpris) tout en étant incapables d’en expliquer la raison.

A mesure que nous avançons dans l’âge, nous apprenons à décrypter et à comprendre nos émotions. Nous développons notre capacité à les identifier et y accolons des mots pour les décrire. Le temps et la pratique aidant, nous acquérons et développons ainsi une conscience émotionnelle.

C’est cette dernière qui nous permet de parler clairement de nos sentiments, de réagir ou d’éviter les conflits, de surmonter les moments difficiles, de nous affirmer face à autrui… En d’autres termes, la conscience émotionnelle nous aide à nous accepter nous-mêmes.

Et si certaines personnes sont naturellement plus en contact avec leurs émotions que d’autres, la conscience émotionnelle peut parfaitement être développée par tout un chacun ; à condition de le vouloir !

La conscience émotionnelle constitue le premier pas vers l’intelligence émotionnelle. Autrement dit, vers une capacité à reconnaître, comprendre et maîtriser ses émotions et à composer avec celles des autres (auto motivation, empathie, maîtrise des relations humaines…).

Que faire quand c’est trop fort?

Comme toute autre chose dans la vie, les émotions s’affinent avec la pratique et l’expérience. Rappelez-vous qu’il n’y a pas d’émotions bonnes ou mauvaises. Ne jugez, ni ne brimez vos sentiments, continuez au contraire à les repérer, observer, comprendre et nommer.

Quand une émotion devient trop forte, il est recommandé de :
• Respirer, bailler, s’étirer ou se relaxer.
• Marcher.
• Repérer la racine/source de l’émotion.
• Ecouter son corps, accueillir l’émotion, qu’elle soit agréable ou désagréable. Prendre quelques secondes pour être en contact avec l’émotion, être à l’écoute de son ressenti.
• S’isoler quelques minutes.
• Ecrire, tenir un journal intime ; c’est un excellent moyen de comprendre et gérer ses émotions.
• Se distraire et se focaliser sur autre chose.
• Prendre le temps de la réflexion.
• Chercher la cause de l’expression d’une émotion et non pas traiter une conséquence.
En conclusion, on peut se référer à Socrate qui disait à l’un de ses interlocuteurs: «N’est-il pas évident, cher Xénophon, que les hommes ne sont jamais plus heureux que lorsqu’ils se connaissent eux-mêmes, ni plus malheureux que lorsqu’ils se trompent sur leur propre compte ?». Socrate avait, en effet, érigé la connaissance de soi comme étant la première des sciences. En d’autres termes, et surtout en matière d’émotions, il s’agit de se tourner vers nous-mêmes et renoncer à chercher hors de soi ce que nous sommes réellement.
Ce n’est que de cette façon que l’énigme Emotions pourra être solutionnée.

A vous de jouer !

Essayez ces 3 étapes : 1. Examinez ce que vous ressentez dans différentes situations pendant la journée. Faites-en une pratique quotidienne pendant plusieurs jours. 2. Qualifiez la force et l’intensité des sentiments ressentis. 3. Partagez ces sentiments avec les personnes proches de vous. Bon à se rappeler : • Nous ressentons plusieurs émotions dans la journée. Certaines durent quelques secondes quand d’autres demeurent un peu plus longtemps. C’est ce qu’on appelle l’humeur. • L’intensité d’une émotion peut dépendre de la situation et de la personne. • Il n’y a pas de mauvaise ou de bonne émotion. Ce sont les moyens d’exprimer les émotions qui peuvent être bons ou mauvais.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *