Licenciement :  Avis de Karim El Ibrahimi, DG du cabinet RMS
21 mai 2013
Brahim Habriche (1919 articles)
0 Commentaire
Partager

Licenciement : Avis de Karim El Ibrahimi, DG du cabinet RMS

Il est important de ne pas écorner l’image personnelle du licencié et surtout de l’aider à  dresser un bilan personnel.

Comme pour un recrutement, un licenciement doit être géré avec tact et dignité. Dans la vie d’une entreprise, tout manager est amené à prendre des décisions concernant la séparation d’un collaborateur, que ce soit pour non-respect des règles de travail, pour faute grave, pour non-atteinte des résultats, pour incompétence…

Par exemple, s’il s’agit d’un nouveau candidat, en principe, la période d’essai permet de faire une première évaluation. D’habitude, je donne une seconde chance en rallongeant la période d’essai. S’il ne donne pas satisfaction au bout de cette période, il est préparé à un licenciement. La plupart du temps, l’annonce se fait à travers une entrevue avec la personne concernée. On commence par présenter le bilan de la personne, de ce qui a été attendu d’elle. Parce que très souvent, certaines séparations se font dans la douleur, il est important de ne pas écorner l’image personnelle et surtout aider la personne à faire un bilan personnel sur son passé ainsi que les projections sur l’avenir. Le tout avec calme et sérénité. Je pense que l’important est de convaincre l’intéressé que ses résultats n’ont pas été à la hauteur des attentes souhaitées.

Il ne faut pas oublier que le licenciement est souvent vécu comme une forte dégradation de l’image de soi. Le déni est souvent la première réaction exprimée dans ces cas. Pourquoi moi ? Suis-je inutile à ce point ?
Que ce soit pour une personne en phase de départ volontaire ou carrément en phase de licenciement, les deux cas ont un point commun, celui de se retrouver sans travail. Mais ils ne sont pas forcément dans le même état psychologique. Les premiers ont encore l’impression de maîtriser leur destin, pas les seconds. Ces derniers sont face à deux contraintes : en plus d’un avenir incertain, ils ont une mauvaise image de soi, remettent en cause leurs compétences… C’est quelque part leurs vécus durant ces périodes difficiles.

Dans beaucoup de cas, l’employeur et le salarié s’arrangent pour transformer un licenciement en départ négocié parce que c’est important pour le CV et pour les entretiens futurs. Dans ces cas, la transition peut être vécue de manière normale. Je dirais que l’un des premiers réflexes que la personne doit se mettre en tête est de comprendre les raisons de cette décision pour qu’elle ne soit pas contraignante sur le plan moral par la suite. Un licenciement peut être transformé en “opportunité”, pour repenser sa carrière.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *