Les salaires des dirigeants :  Entretien avec Lhacen Belhcen Directeur de l’Entrepreneurship & Leadership Institute
15 janvier 2016
Brahim Habriche (1839 articles)
0 Commentaire
Partager

Les salaires des dirigeants : Entretien avec Lhacen Belhcen Directeur de l’Entrepreneurship & Leadership Institute

La formation ne s’arrête pas à l’école. Les dirigeants sont interpellés sur la préparation de leurs collaborateurs à relever les défis de la révolution digitale et des transformations sociétales en cours.

Lhacen-BelhcenLe Livre blanc «Former les dirigeants de 2030» est le résultat d’un travail de recherche mené par les enseignants-chercheurs de ESCA École de Management. Il est parti du constat que la plupart des recherches qui se sont penchées sur la question de l’enseignement et de la formation au Maroc n’ont pas abordé directement la problématique de la formation des futurs dirigeants.

Lhacen Belhcen, directeur de  l’Entrepreneurship & Leadership Institute – ESCA, Ecole de management, revient sur les principaux défis pour former les futures générations d’entrepreneurs.

Pourquoi l’idée de «former les dirigeants de 2030» ?

Le Livre blanc est le fruit d’une réflexion collective du corps professoral et du staff de ESCA Ecole de Management sur la mission et la vision de l’école. Cette réflexion au cours des cinq dernières années s’est articulée autour d’une question fondamentale: comment contribuer à former et à préparer la réussite des jeunes qui seront appelés à prendre le flambeau de la direction de nos entreprises au cours des années 2030 que nous considérons comme l’horizon du décollage économique et de la transition vers une nouvelle société de progrès dans notre pays.

Faisons d’abord le constat suivant : nous assistons à des départs massifs à la retraite de celles et ceux qui ont pris la responsabilité de bâtir et de diriger les organisations qui font le tissu économique du pays aujourd’hui. Et les mutations en cours dans tous les secteurs mondiaux ne laissent pas beaucoup de temps pour préparer la relève et assurer le succès de l’émergence de l’économie marocaine.

Les futurs dirigeants sont aujourd’hui parmi nous ! Ce sont celles et ceux qui fréquentent nos amphis et nos salles de cours ! Agés aujourd’hui de 18 à 23 ans, ce sont nos futurs lauréats pour les années 2016-2020. Leur intégration dans la vie des entreprises et l’évolution de leurs carrières nous confortent dans la conviction qu’ils seront interpellés sur des responsabilités managériales dès la seconde moitié des années 2020.

Préparer nos jeunes à leurs responsabilités de demain présuppose une connaissance des principales tendances qui marqueront l’environnement des affaires au Maroc et le rôle que les dirigeants devront y assumer. C’est ce travail qui consiste à cerner les tendances qui marqueront les ruptures par rapport au présent qui a justifié le choix d’une méthode d’approche appropriée et qui a structuré par la suite toute la démarche et tout le contenu du Livre blanc.

Quels sont les défis qui se posent actuellement pour la formation de nouvelles générations de dirigeants ?

Ces défis découlent de l’écart entre les ressources, les compétences et le modèle pédagogique dominant aujourd’hui et les challenges que les dirigeants de demain auront à relever.

Afin de cerner cet écart, nous avons décidé d’interroger des dirigeants et des entrepreneurs sur quatre aspects : leur perception des caractéristiques qui marqueront l’environnement des affaires au Maroc au cours des 15 prochaines années, les missions des dirigeants dans le Maroc des années 2030, les qualités qui assureront le succès de ces dirigeants et, enfin, le rôle des Business Schools dans la préparation de ces futurs dirigeants.

La consolidation des synthèses de nos investigations a permis de dresser les contours de l’environnement de 2030, les défis auxquels les futurs dirigeants auront à faire face, les qualités et les compétences clés qui assureront la réussite dans le nouvel environnement et les missions des écoles de Management pour préparer les dirigeants de demain à relever les défis.

Résumés à grands traits, nous dirons que la révolution digitale et la globalisation impactent déjà tous les métiers. L’enseignement à l’ère de la révolution digitale et de l’internationalisation des universités doit faire son aggiornamento à défaut de quoi ce noble métier risque d’être «ubérisé» !

Comment les écoles peuvent-elles contribuer à préparer ces nouvelles générations ?

Les managers et dirigeants en activité ont un très grand rôle à jouer dans la formation de la nouvelle génération des dirigeants. Dans le modèle pédagogique que nous proposons, ils sont des partenaires de premier plan dans la formation. Leur implication dans la vie des Business Schools est primordiale pour mettre en place les passerelles entre l’entreprise et l’école. C’est l’un des volets de la Connectivité du Livre blanc.

Ensuite, sans l’accueil des jeunes dans les entreprises et leur supervision par les dirigeants de ces dernières, leur formation restera incomplète et peu enracinée dans les pratiques managériales locales. Ce n’est pas un secret, un lauréat de ESCA Ecole de Management c’est d’abord un jeune qui a acquis une expérience de 12 mois en entreprise par le cumul des stages pendant tout le cursus.

Dans le domaine de la recherche appliquée, nos travaux se font en concertation avec le management des entreprises, portent sur les modèles économiques et managériaux de ces entreprises et se réalisent grâce à notre connectivité avec les entreprises.

Enfin, la formation ne s’arrête pas à l’école. Les dirigeants sont interpellés sur la préparation de leurs collaborateurs à relever les défis de la révolution digitales et des transformations sociétales en cours. Le Livre blanc peut être un outil pour repenser la politique de formation, les critères de classement des établissements de formation, les critères de sélection et de recrutement, etc.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *