Le stress en milieu professionnel, comment y remédier…
25 octobre 2010
Brahim Habriche (1939 articles)
0 Commentaire
Partager

Le stress en milieu professionnel, comment y remédier…

Douleurs musculaires ou nerveuses, complications respiratoires, perturbations gastriques, désordre dans les idées sont divers signes de stress.
Un stress intense et durable peut faire perdre les capacités d’action.
Meilleure définition des fonctions et des missions, gestion participative, écoute des employés, planification des missions sont parmi les moyens permettant de prévenir le mal.

Tout le monde se dit «stressé», «sous pression», «au bout du rouleau»… Avant que cette expression ne devienne un passe-partout, une sorte de coquille vide sans un sens profond, donnons-lui une définition précise pour bien l’aborder et, mieux encore, atténuer ses effets désagréables pour l’individu et néfastes pour l’entreprise. En une phrase, le stress est donc un ensemble d’émotions éprouvées par la personne (peur, colère, angoisse, révolte, résignation, découragement, etc.) et qui produisent chez elle un effet d’inconfort psychologique et physique. Il se manifeste par le sentiment de perte de la maîtrise de soi-même et de ses capacités, dans une situation donnée ou sur toute une partie de la vie, notamment lorsqu’il s’agit du stress au travail. La situation devient une source de stress à partir du moment où nous estimons que nous avons du mal à la contrôler et à réagir en conséquence.
Les origines du stress peuvent être très variées, regroupées essentiellement dans les deux catégories : extérieures et intérieures. Parmi les premières, nous pouvons évoquer l’environnement, l’organisation du travail, le type du métier exercé, la nature du poste occupé. La seconde catégorie des causes relève de l’individu lui-même, de sa propre interprétation de la situation et sa réaction face aux facteurs stresseurs. A mi-chemin entre ces deux catégories se trouvent les raisons du stress liées aux relations interpersonnelles, aussi bien au sein de l’entreprise qu’à l’extérieur de celle-ci.
Les symptômes du stress, quant à eux, vont de la légère tension à des manifestations physiologiques prononcées : des douleurs musculaires ou nerveuses, des complications de respiration, des perturbations gastriques et jusqu’aux maladies sérieuses et chroniques. Cela peut être aussi un désordre dans la pensée, dans la hiérarchisation des idées et des objectifs, des difficultés dans la gestion du relationnel au quotidien. La personne soumise au stress extrême et durable peut même par moments être incapable de se servir de ses compétences et de son savoir-faire habituel.

L’efficacité professionnelle dépend de la bonne gestion de l’organisation

Il existe des différents niveaux du stress. On considère qu’il y a un stress mobilisant à partir du moment où il nous amène à l’action, à chercher des solutions, à affronter les défis avec courage et un stress destructeur à partir du moment où celui-ci provoque une inhibition de l’action, la résignation, voire le retrait. Dans sa version la plus aiguë, le stress permanent peut même se transformer en une dépression nécessitant des soins médicaux appropriés. C’est, entre autres, pour cette raison qu’il est si important de déceler les premiers signes alarmants du stress et y remédier à temps pour éviter toute dérive.
Le stress est un indicateur important signalant que nous devons chercher et comprendre les véritables origines de notre malaise et gérer la situation aussi bien vis-à-vis de nous-mêmes que de notre entourage afin de retrouver un état d’équilibre.
Pour faire face efficacement au phénomène du stress en milieu professionnel, il est bien de se rappeler certaines notions de base dans ce domaine. Pour commencer, la personne et l’entreprise sont interdépendantes : l’efficacité professionnelle et la santé de la personne dépendent de la bonne gestion de l’organisation. D’un autre côté, l’entreprise ne peut pas atteindre ses objectifs en business sans des employés en bonne santé physique et morale.
Deuxièmement, le stress individuel et organisationnel n’est pas une fatalité et peut être géré à condition qu’il y ait de la bonne volonté de toutes les parties engagées. Ce qui est important c’est l’effort permanent en supervision des processus du stress, de ses origines et ses conséquences. Ce qui a été une source du stress dans le passé ne l’est peut-être plus aujourd’hui. Et, enfin, le plus important : nous ne sommes pas tous égaux vis-à-vis du stress. Chaque personne réagit au stress différemment. Dans la pratique, cela signifie qu’il n’y a pas de méthodes universelles à appliquer. Les solutions doivent être adaptées aux aptitudes personnelles des hommes et aux caractéristiques des entreprises dont ils font partie.

Les activités ludiques participent à l’augmentation du bien-être au travail

Pour remédier au stress organisationnel, l’entreprise peut diriger son action vers la modification de la définition des fonctions et des missions, accorder la plus grande participation aux décisions, être à l’écoute des employés, planifier les missions en respectant leurs capacités et leurs préférences personnelles, leur présenter une perspective de voie de carrière satisfaisante. L’entreprise peut aussi améliorer son système de rémunération et de motivation, accorder davantage d’importance à la formation continue, le développement et l’épanouissement personnel. Les actions de cohésion des équipes et les activités ludiques sont également vectrices de l’augmentation du bien-être au travail.
De leur côté, les employés disposent, eux aussi, des outils leur permettant de réduire le niveau du stress. Ces techniques passent avant tout par le travail sur le changement des comportements, la perception des situations stressantes, la réévaluation des aspirations personnelles et la plus grande attention accordée à l’hygiène de vie et de travail. Adopter une attitude active, exprimer clairement ses attentes quant aux changements souhaités et l’élaboration d’une nouvelle stratégie personnelle face au stress peuvent ainsi être coachés, soutenus et développés, pour le plus grand bonheur de l’employé et de l’entreprise qui bénéficie de ses compétences.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *