Le jeu, un outil multifonction pour l’entreprise
17 mars 2017
Lavieeco (23824 articles)
0 Commentaire
Partager

Le jeu, un outil multifonction pour l’entreprise

Les serious game présentent plusieurs vertus : une interaction spontanée, une suppression des barrières aseptisées de l’environnement professionnel… Le jeu et la compétition permettent aux RH d’observer toute une palette de comportements traduisibles en aptitudes professionnelles.

Directeur Conseil du cabinet Orc Communications

Jouer pendant ses heures de travail. Jouer pour obtenir un poste. Pas très sérieux tout ça, me direz-vous. Dans le subconscient des Marocains, le jeu n’a pas sa place dans l’espace de travail. Jouer est l’opposé de travailler.

Détrompez-vous. Le jeu est une activité inscrite dans l’ADN humain. C’est naturel et indispensable, comme respirer, manger et rire.

Sur cette base, les professionnels des Ressources humaines voient même dans le jeu un révélateur de la “nature” du candidat, et l’intègrent de plus en plus au processus de recrutement, de valorisation et d’évaluation des compétences.

Nous parlons en fait du jeu d’entreprise, Business game, ou Serious game -remettons un peu de sérieux dans tout ça-, un concept qui nous vient, comme souvent en matière d’innovation, des contrées anglo-saxonnes. Le principe est de challenger les candidats ou les employés en leur proposant de participer –sérieusement !- à un jeu. Un moment ludique, propice à la spontanéité, à la compétitivité, à l’ingéniosité, sans oublier le fair-play. Ces techniques font émerger un ensemble de traits de personnalité insondables autrement.

Le jeu, révélateur de qualités cachées

L’aspect formel de l’entretien d’embauche crée un conflit d’intérêts entre l’employeur, qui veut connaître la nature profonde du candidat, et le postulant, qui désire se montrer sous son meilleur profil, limant toute aspérité. A contrario, l’interaction spontanée entre «joueurs» transcende les barrières aseptisées de l’environnement professionnel et leur permet de se lâcher et de tomber le masque.

En complément des compétences, certifiées par les diplômes et enrichies par l’expérience, l’entreprise marocaine est aujourd’hui à la recherche de profils, de personnalités, de potentiel de développement et de créativité. Le jeu et la compétition permettent aux Ressources humaines d’observer toute une palette de comportements traduisibles en aptitudes professionnelles. Le jeu est, évidemment, conçu pour les révéler et rend possible le recrutement à grande échelle.

Une illustration intéressante est l’exemple récent de la Bourse de Casablanca qui organise le concours “Champions de la bourse” auquel 2000 étudiants en écoles de commerce et universités ont été conviés à participer. Le jeu consiste à gérer un portefeuille d’actions d’un million de dirhams, dans les conditions quasi réelles du marché, supervisés par des professionnels de la finance, qui gratifieront les gagnants, mais surtout détecteront les talents de demain.

Le jeu, outil fédérateur et créateur de dynamique

En interne, le jeu permet l’observation des dynamiques relationnelles au sein de l’entreprise; de découvrir des talents cachés par la spécialisation, l’autorité ou la timidité; de créer des dynamiques de groupe où chacun se sent impliqué; de définir les atouts et les lacunes de chaque collaborateur ou groupe de collaborateurs, et ainsi pouvoir proposer des programmes de développement professionnels et personnels pour renforcer les acquis et corriger les défauts. L’objectif est de sortir les participants du cantonnement de leur poste, de leur zone de confort, incitant à l’initiative et la solidarité dans la difficulté. A la concession dans l’intérêt général. En somme, à l’intelligence au service de la productivité.

Jouer pour gagner !

Economiquement, l’entreprise a tout à y gagner. En amont, une meilleure gestion des risques liés au recrutement grâce à la complétude des informations sur le candidat. Un gain de temps en termes de recherche des profils souhaités, et un gain de productivité, facilité par une intégration rapide.  En aval, la valorisation des compétences des employés, et la fluidification des relations pour la promotion d’une ambiance de travail focalisée et agréable, où chacun est conscient de sa valeur, de son rôle, et de ce qu’il peut apporter de positif.

Les responsables RH sont désormais convaincus : le jeu en vaut la chandelle !

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *