Comment rebondir rapidement après un licenciement brutal
11 janvier 2017
Lavieeco (22345 articles)
0 Commentaire
Partager

Comment rebondir rapidement après un licenciement brutal

Incompatibilité d’humeur, mauvais résultats, licenciement économique, incompétence ou faute grave, tout salarié est exposé à un départ précipité d’une entreprise. Pour se remettre en selle, il est important de se considérer en situation de recherche d’un emploi et ne pas se considérer au chômage.

Rien de pire qu’une perte brutale d’emploi, qu’elle soit voulue ou imposée par l’employeur. Pour des raisons diverses (incompatibilité d’humeur, mauvais résultats, licenciement économique, incompétence ou faute grave), tout salarié est exposé à cette situation qui, du jour au lendemain, vous précipite dans l’incertitude la plus totale, surtout quand on a une famille à entretenir et des charges à honorer dans des délais précis. On est alors tenté de se laisser abattre, de culpabiliser et d’en vouloir au monde entier. Erreur, il est toujours possible de repartir du bon pied et pourquoi pas retrouver une situation meilleure. Pour ce faire, il faut tout d’abord faire preuve de résilience. Un licenciement doit rester une situation instructive dans la vie, même si ce n’est pas toujours facile et plus particulièrement dans l’environnement actuel. «Toute personne licenciée ne doit pas perdre confiance, mais plutôt prendre les dispositions nécessaires pour son avenir», recommande Samira Raissouni, coach professionnel et DG du cabinet LPRH.

Ne pas considérer le licenciement comme une casserole à traîner

Le meilleur moyen de ne pas subir un long arrêt est de ne pas se considérer au chômage, mais d’être à la recherche d’un emploi. L’état d’esprit est donc totalement différent. La volonté de rebondir très vite incite à garder le rythme d’une personne active : gérer scrupuleusement son emploi du temps comme si l’on est effectivement au travail, rester branché sur l’actualité à travers la presse et bien surveiller son apparence (vestimentaire et physique). Il est évident que malgré l’existence d’un système d’indemnisation des chômeurs il est impossible de garder un niveau de vie convenable, mais pour les licenciés économiques, les indemnités de départ peuvent permettre pendant un moment de parer aux échéances courantes.

D’autre part, expliquer ce licenciement auprès d’un recruteur ne doit pas être considéré comme un échec de parcours ou une casserole à trainer toute sa vie. Ali Serhani, consultant associé au cabinet Gesper Services, explique : «Nous avons parfois placé des personnes qui avaient eu auparavant certains problèmes qui pouvaient constituer une véritable entrave à leur embauche. Elles ont été sincères dès le départ et nous avions pu recoller les morceaux en nous assurant de la véracité de leurs dires. Pour cela, il suffit tout simplement d’être correct et intègre pour se faire accepter : ce sont deux valeurs fondamentales».

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *