Comment la notion de performance est perçue par les entreprises marocaines
30 août 2017
Brahim Habriche (1829 articles)
0 Commentaire
Partager

Comment la notion de performance est perçue par les entreprises marocaines

La notion de performance est associée principalement à la stratégie d’entreprise, au suivi des objectifs ou encore aux résultats. L’élément humain reste central pour l’atteinte de la performance.

Financiers, commerciaux, RH ou encore de plus en plus sociétaux et environnementaux, nombreuses sont les entreprises qui mettent en place des indicateurs de performance à tous les échelons.

A l’évidence, ils sont indispensables pour tout manager ou chef d’entreprise pour mesurer et maintenir l’efficacité de l’organisation (chiffre d’affaires, rentabilité, turn-over…) ainsi que pour évaluer l’impact des actions mises en place. Toujours est-il que la notion de performance reste très contextuelle et difficile à cerner.

Ainsi, une étude européenne publiée en 2016 par European Journal of Business and Management, sur un échantillon de 647 entreprises de 9 pays européens a montré que 71% des décideurs européens déclarent que la performance est un construit complexe.

Au Maroc, une enquête menée récemment par la Chambre française de commerce et d’industrie au Maroc (CFCIM), l’Observatoire marocain des pratiques de management (OMPM) et le cabinet Immersion a voulu également apporter quelques éléments de réponse sur une notion critique et sur laquelle il existe très peu d’études, d’enquêtes, de rapports…relatifs aux pratiques de management dans les entreprises marocaines.

La performance se construit dans l’exercice  quotidien

L’enquête révèle de prime abord que la notion de performance est associée principalement à la stratégie d’entreprise (53% des cas), au suivi des objectifs (42% des cas) ou encore aux résultats (30% des cas). Mais l’élément essentiel reste les ressources humaines. Les différentes enquêtes menées ici ou ailleurs ont montré que la performance se construit dans l’exercice  quotidien et des dirigeants et des collaborateurs, et que le leadership managérial et la motivation des équipes restent les principaux freins à la performance.

In fine, comme le souligne Amine Benchekri, directeur général de Sapress, «qu’il s’agisse de bâtir un plan de développement ou de l’exécuter, l’élément humain fera toujours la différence. Car la performance au sein de l’entreprise, au-delà des systèmes de management qu’on peut y implanter, reste une question d’Hommes».

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *