4 février 2005
Lavieeco (23978 articles)
0 Commentaire
Partager

Ce que le bénévolat leur a apporté

Adnane Raiss, représentant national du SIFE, Expert en RP auprès de la State university of New York (bureau de Rabat) «Mon implication représente une formidable source d’épanouissement» «Mon intérêt initial

Adnane Raiss,
représentant national du SIFE, Expert en RP auprès de la State university of New York (bureau de Rabat)
«Mon implication représente une formidable source d’épanouissement»
«Mon intérêt initial pour le développement social vient d’une volonté de canaliser mon énergie vers des activités susceptibles de développer l’humanisme et la dimension spirituelle de l’individu, d’autant plus que le monde des affaires fait rarement appel à notre cœur. Ainsi, mon implication dans des organisations internationales représente une formidable source d’épanouissement personnel car elle me permet de vivre en phase avec mon sens de la «personal mission», de partager et de cultiver des valeurs fondamentales comme la générosité, la solidarité et la compassion.
J’ai également le sentiment d’être au service de mon pays et de contribuer à la construction du Maroc de demain, ce qui a toujours été pour moi une préoccupation majeure, surtout après avoir effectué mes études supérieures aux Etats-Unis. Cet investissement requiert souvent des sacrifices ainsi qu’un réel engagement, surtout en temps, ce qui rend mes journées très longues, mais pleines de passion.»

Karim B., cadre dans une société d’édition
«Le cadre associatif m’a beaucoup enrichi sur le plan humain»
«Il y a plus de huit ans que je m’investis dans un club associatif. Au départ, c’était pour moi une question d’intégration. Je suis en effet originaire d’une ville du nord du Maroc et j’ai été amené à poursuivre mes études à Casablanca dans une école de gestion. Il fallait que je me fasse un nouveau cercle d’amis, alors, autant le faire dans un cadre organisé. J’ai choisi, en l’occurrence, le Rotaract parce que c’est un club dynamique, constitué essentiellement de jeunes cadres. Pendant la période d’intégration, on entre d’emblée dans le moule. Réunions hebdomadaires, finalisation ou initiation de projets, recherche de sponsors… Chaque nouveau challenge me motivait davantage. J’ai été amené à présider des commissions (professionnelle, internationale…), à prendre en charge la communication interne, avant de présider le club.
Professionnellement, ce cadre m’a beaucoup aidé. D’abord, parce que l’on acquiert très rapidement le sens des responsabilités. Vous êtes amené à chapeauter une mission et vous devez être à la hauteur.
D’autre part, vous apprenez à bien ficeler un projet : constitution d’un dossier, établissement d’un business-plan, prise de contact avec les entreprises, les autorités… Vous affinez par conséquent votre manière de communiquer. A la longue, on devient plus efficace et plus convaincant.
Je garde de bons souvenirs de toutes ces années. Ce qui m’anime, c’est ce sentiment de partage avec les membres du club mais aussi avec les personnes à qui sont dédiés ces projets. Nous avons organisé maintes manifestations, notamment des opérations don de sang, distribution de cartables pour des écoliers dans le sud du pays, sans compter les soirées, notamment pour promouvoir l’image de l’Association marocaine pour la réhabilitation des déficients visuels. Au-delà de la satisfaction personnelle, ce travail sur le terrain m’a appris et m’apprend chaque jour beaucoup de choses.»

Mohamed Amine Sabhi, responsable informatique
«Faire du bénévolat, c’est donner un sens à sa vie»
«J’ai toujours fait du bénévolat et ce depuis mon jeune âge. J’ai milité au sein de plusieurs associations de quartier, surtout pour ce qui est de l’intégration des jeunes dans la vie professionnelle. Etant ingénieur informaticien de formation, je donne des cours d’informatique au sein d’une école privée. Il m’arrive même d’en donner à titre gratuit à des amis ou à des proches. De l’informatique de base au développement de progiciels, je touche à tous les domaines. C’est toujours intéressant dans la mesure où vous apprenez à maîtriser ou développer de nouveaux outils. C’est une source de découverte permanente. Cela me prend généralement un week-end sur deux. J’essaie de m’organiser au mieux afin que cela ne perturbe pas mon activité professionnelle.
Ce qui m’anime, c’est le sentiment d’apporter une valeur ajoutée aux autres. C’est également intéressant sur le plan personnel. A force d’être constamment confronté aux attentes des gens, j’ai appris à améliorer mon écoute, ce qui m’est utile dans mon environnement professionnel. Plus tard, je compte m’investir plus amplement dans une organisation internationale comme l’UNESCO ou autres. Donner du temps aux autres, servir une cause juste… pour moi, c’est donner du sens à sa vie mais aussi aider les autres à trouver la leur.»

Marouane Bentalha, responsable marketing et commercial
«Un de mes objectifs : revaloriser l’image de l’université»
«J’ai toujours milité au sein de plusieurs associations. Cependant, l’une d’elles me tient particulièrement à cœur. Il s’agit de l’association universitaire «Maqam», dont je suis un membre fondateur. Elle a pour objectif de mettre à profit les talents artistiques des étudiants universitaires et ce dans plusieurs activités (arts plastiques, théâtre, musique, vidéo…).
Etant de formation universitaire, c’est ce sentiment de revaloriser l’image de l’université, lui porter un autre regard, pas en tant que lieu académique mais aussi d’enrichissement personnel qui a motivé mon engagement dans cette association. D’ailleurs, je suis resté un membre actif de l’association depuis sa création.
Je garde de bons souvenirs du démarrage car, à l’époque, il était difficile d’organiser un événement. Nous avons énormément manqué de soutien, d’informations utiles ou de contacts.
En dépit de ces problèmes, on a tout de même pu réaliser quelques belles opérations : par exemple la prise en charge d’un étudiant peintre pour des expositions en France ou encore la sortie de l’album CD d’une troupe musicale universitaire. L’objectif est de faire émerger de véritables talents. C’est toujours une satisfaction personnelle, surtout lors des remises de prix aux plus talentueux. Ce qui m’anime d’autant plus, c’est ce sentiment de faciliter le chemin aux générations futures. D’ailleurs, pour le bien de notre organisation, je n’hésite pas à déléguer certaines tâches aux nouveaux arrivants, histoire de les mettre dans le bain.»

M.M., consultant en technologies de l’information
«Je suis devenu plus rationnel»
«Dans le cadre professionnel, j’ai participé au montage de plusieurs projets de développement économique et social initié par des organismes internationaux et l’Etat Marocain. Cela m’a permis d’élargir le cercle de mes connaissances mais aussi de prendre la mesure des besoins des jeunes, surtout dans les villes de l’intérieur et dans les quartiers défavorisés des grandes villes. Aussi, quand une association de quartier m’a sollicité pour concevoir son site web, je n’ai pas hésité un seul instant. Je ne le regrette pas pour plusieurs raisons. D’abord, je me suis senti très utile parce qu’il n’y avait aucune contrepartie financière. Ensuite, j’ai élargi mon carnet d’adresses dans les milieux associatifs parce que j’ai par la suite conseillé d’autres structures. Enfin, et c’est ce qui est le plus important pour moi, je me suis frotté à des situations intéressantes : gérer des divergences de vue entre des membres, donner des tuyaux pour trouver des financements, organiser des formations pour les animateurs des sites, animer des réunions… Aujourd’hui, j’ai un regard plus critique sur la gestion des projets de développement. Vu les moyens mis en œuvre, il est à mon avis très facile de rationaliser les dépenses pour permettre à de petites associations, dont les besoins sont modiques, de mieux servir la collectivité. Ce message, je ne cesse de le véhiculer, à chaque fois que l’occasion se présente, dans le cadre professionnel. Désormais, sur le plan professionnel, j’essaie aussi d’être toujours plus rationnel en ce qui concerne les études qui me sont confiées.»

Le bénévolat est enrichissant à plusieurs niveaux. Professionnellement, on acquiert rapidement le sens des responsabilités, on améliore son sens de l’écoute, on apprend à bien ficeler un projet, bref, on devient plus efficace. Au plan humain, on partage des valeurs comme la générosité, la solidarité, on donne un sens à sa vie et on aide les autres à en faire autant.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *