ENSEIGNEMENT : Entretien avec Mohamed Derrabi Directeur du campus Toulouse Business School à Casablanca
19 septembre 2017
Ibtissam Benchanna (687 articles)
0 Commentaire
Partager

ENSEIGNEMENT : Entretien avec Mohamed Derrabi Directeur du campus Toulouse Business School à Casablanca

TBS se situe dans le club très fermé des 80 Business School «triple crown». Un «Advisory Board» a été créé dont la mission est de cadrer les choix stratégiques de l’école en matière d’enseignement et de recherche. Le taux d’insertion professionnelle des lauréats est de 98% dans les 6 mois après l’obtention du diplôme.

Quelle est votre vision de la situation de l’enseignement supérieur au Maroc, privé en particulier ?

L’enseignement supérieur au Maroc a fait des sauts qualitatifs depuis 2010 grâce à la mise en place des processus d’accréditation des filières, la reconnaissance des établissements et surtout la mise en place de conditions favorables à l’installation des grandes écoles internationales au Maroc à l’instar de Toulouse Business School (TBS).

En effet, aujourd’hui, grâce à la vision éclairée de S.M. MohammedVI, le Maroc est en devenir de se positionner comme une véritable plaque tournante entre l’Afrique et l’Europe. Vu le positionnement géostratégique du Maroc dans le continent africain et la région MENA, la stabilité politique dont il bénéficie et les relations privilégiées et historiques entre la France et le Maroc, le groupe TBS a fait son choix de faire de la ville de Casablanca un hub des activités de formation et de recherche de TBS groupe en Afrique.

Forte de son réseau international, sa qualité académique attestée par les accréditations internationales et la renommée de ses professeurs chercheurs, TBS Casablanca compte développer des partenariats privilégiés avec des institutions marocaines publiques et privées afin de s’intégrer dans le paysage national. TBS est disposée aussi à faire partager son expérience d’accréditation internationale et d’assurance qualité avec des homologues au Maroc. Déjà aujourd’hui, TBS a des relations de partenariat avec des institutions marocaines, en l’occurrence l’ISCAE, Al Akhawayn University et l’EMSI.

Il est dans les perspectives de développement de s’ouvrir sur des partenariats Privé-Public, prenant soin de la coopération bilatérale entre la République française et le Royaume du Maroc.

A rappeler que notre école est un établissement consulaire dont le but n’est pas de réaliser et distribuer des dividendes. Notre statut ne nous le permet pas. Tout excédent réalisé par le Groupe TBS doit obligatoirement être réinvesti dans la formation des étudiants, le financement de la recherche et le développement de nouveaux projets

Avec toutes ces écoles privées qui sont en concurrence au Maroc pour offrir un enseignement de qualité, comment positionnez-vous votre école et comment réussira-t-elle à se frayer un chemin dans un secteur très compétitif?

Tout d’abord, pour s’orienter dans l’offre large de l’environnement de l’enseignement supérieur au Maroc, il est important de rappeler aux étudiants que certaines institutions se distinguent par des labels de qualité : les accréditations internationales. En effet, c’est un système de contrôle de la qualité et d’amélioration permanente. Il en existe 3 dans le monde : EQUIS, AACSB et AMBA et sont des labels indépendants délivrés par des organismes internationaux.

Pour l’étudiant, avoir un diplôme avec ces 3 labels internationaux est, d’une part, un gage de qualité constante, de par l’évaluation et l’amélioration permanente des programmes, et, d’autre part, une reconnaissance de leur diplôme partout dans le monde.

Depuis 12 ans, Toulouse Business School (TBS) se situe dans le club très fermé des 80 Business School «triple crown» (moins de 1% des écoles dans le monde peuvent s’en prévaloir aujourd’hui). L’école a renouvelé à plusieurs reprises ses accréditations et pour la durée maximale de 5 ans.

Cette triple accréditation récompense la qualité de ses programmes, l’efficacité dans l’insertion professionnelle des diplômés, la performance de la recherche académique, ainsi que le rayonnement international de l’école. Par ailleurs, TBS est actuellement une école consulaire, comme la plupart des grandes écoles de commerce (HEC, ESCP…). L’école est née de la volonté d’industriels et de commerçants de former leurs futurs repreneurs, donc sa volonté originelle est de former pour l’entreprise.

De par sa stratégie centrée sur la valeur apportée aux étudiants et aux entreprises, Toulouse Business School offre un enseignement de qualité intégrant les besoins des entreprises grâce à des formations innovantes sur des secteurs d’activité porteurs.

Notre offre de formation au Maroc a été étudiée par rapport aux besoins des entreprises et nous la renforçons pour cette rentrée avec de nouveaux programmes, notamment avec le Bachelor en Management (Bac +3, N°1 en France) qui formera des middle managers où les besoins sont énormes dans notre pays.

Nous proposons une large offre de formations diplômantes également le week-end qui s’adresse à une population marocaine et africaine qui souhaite faire évoluer sa carrière professionnelle.

Nous mettons les entreprises au cœur de notre dispositif à plusieurs niveaux : visites dans leurs locaux, proposition d’interventions en cours, participation aux membres du jury de sélection et de soutenances de mémoires ou de thèses, invitation à nos forums de recrutement, participation à nos conférences thématiques mensuelles, échanges réguliers avec son réseau d’Alumni (plus de 2500 diplômés TBS sont en activité au Maroc)…

Vous vous êtes doté récemment d’un advisory board. Quelles ont été les motivations derrière sa création? Quelle est concrètement son utilité et quelles en sont les principales réalisations?

Soucieux de l’importance de créer le lien entre le monde des affaires et l’enseignement supérieur et dans le respect des meilleures pratiques internationales, Toulouse Business School Casablanca a pris l’initiative de mettre en place un «Advisory Board», dont la mission principale est de cadrer les choix stratégiques de l’école en matière d’enseignement et de recherche et de s’assurer que ces choix sont au service de l’employabilité de l’étudiant.

Les besoins en compétences des entreprises évoluent en permanence et conduisent à l’adaptation régulière des programmes de formation existants ou à la création de nouveaux modules pédagogiques. A la demande des entreprises ou sollicités par nos enseignants-chercheurs, responsables de programmes et/ou d’options professionnelles, Toulouse Business School offre la possibilité aux employeurs d’être associés à l’élaboration de modules de formation.

Faire partager aux étudiants son expérience ou sa pratique professionnelle constitue un complément efficace aux apports académiques dispensés dans nos programmes pédagogiques. Ces interventions permettent notamment d’apporter, au plus près des évolutions des métiers, des savoir-faire et des fonctions exercées en entreprise, une approche différente ou complémentaire des pratiques managériales. Nous pouvons même envisager des partenariats pour initier des programmes dans un domaine porteur, la rédaction d’études de cas, la réalisation de process workshop…

 Y a-t-il des nouveautés pour cette rentrée universitaire?

C’est une rentrée riche en nouveautés : un nouveau campus de 3 500 m² situé dans le quartier des affaires à Sidi Maârouf qui a ouvert ses portes le 10 avril dernier, de nouveaux programmes en formation initiale, notamment avec le Bachelor in Management (Bac +3 N°1 en France destiné aux bacheliers) et un Master en marketing, management et communication.

Il y a aussi des nouveautés en formation par alternance avec deux nouvelles filières, Ressources humaines et management juridique des entreprises.

De quelle manière assurez-vous l’accompagnement et le suivi de vos étudiants? Pour quels résultats concrètement ?

Le Career Starter est un dispositif d’insertion professionnelle propre à TBS pour la recherche des stages et d’emplois de nos étudiants. Il inclut des séances de formation, des travaux personnalisés, des entretiens individuels et des sessions de speed coaching.

Nous nous appuyons aussi sur notre réseau des anciens étudiants pour les solliciter sur des retours d’expériences, et pour des propositions de stages ou d’emplois.

Nous organisons également des forums de recrutement, des ateliers métiers entre jeunes diplômés en activité et étudiants. Enfin, chaque étudiant du groupe, tous campus confondus, a accès à l’intranet de l’école qui recense, chaque année, plus de 8000 offres d’emploi et 20000 offres de stage.

Quelle place allouez-vous à la formation par le digital? Serait-elle en train de remplacer la formation classique ?

Le digital fait partie intégrante de l’offre de formation Toulouse Business School Casablanca, en mettant, tout d’abord, à la disposition des étudiants les éléments de préparation de cours : les programmes et les ouvrages disponibles (17 000) via un intranet dédié de formation.

Ensuite, l’ensemble des formations dispensées à Toulouse Business School Casablanca comprend un volet e-learning obligatoire qui peut aller jusqu’à 60h de cours en cross-knowledge. Toutes ces ressources sont accessibles pour préparer les modules ou en consolider les apports ; la formation classique présentielle ne pouvant pas être complètement substituée.

Qu’en est-il de votre taux d’insertion professionnelle?

Pour un accès plus facile à l’emploi et à une évolution de carrière prometteuse, nous mettons en place un équilibre bien étudié entre les cours donnés par les enseignants chercheurs visant la préparation de l’esprit conceptuel et analytique chez l’étudiant ainsi que la démarche de structuration et résolution de problème, les cours pratiques donnés par des professionnels visant la préparation des étudiants aux pratiques et à la technicité de leurs métiers, les stages et les missions en entreprise visant à préparer les étudiants au monde de l’entreprise et les séjours à l’international pour favoriser l’ouverture d’esprit et l’autonomie dans les autres campus de Toulouse, Barcelone et Paris, ou encore dans l’une de nos universités partenaires.

Résultat : Le taux d’insertion professionnelle des lauréats de TBS est de 98% dans les 6 mois après l’obtention du diplôme.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *