ENSEIGNEMENT : Augmentation du nombre de bénéficiaires des bourses d’étude
23 septembre 2017
Kaoutar Guennouni (88 articles)
0 Commentaire
Partager

ENSEIGNEMENT : Augmentation du nombre de bénéficiaires des bourses d’étude

Hausse des budgets et du nombre de bénéficiaires des bourses dans les écoles et universités publiques. En face, de plus en plus d’établissements privés supérieurs accordent des bourses.

Les études supérieures peuvent générer des frais colossaux de nos jours. Plus particulièrement pour les familles défavorisées, ne disposant pas de revenus suffisants. Conscients de l’importance des études supérieures pour assurer l’avenir des jeunes générations, plusieurs établissements scolaires publics et privés accordent des aides financières à leurs étudiants.

L’aide accordée à l’université publique est attribuée aux étudiants inscrits en cycle de licence, master, d’ingénieur, aux Ecoles nationales de commerce et de gestion et en cycle de doctorat. Pour les étudiants de la licence, celle-ci est de 1900,20 DH sur 9 mois, sachant que la demi-bourse est de 950,10 DH sur 9 mois. Le montant de l’aide financière est de

2 200,20 DH sur 9 mois, pour les étudiants du master et de 3038 DH sur 12 mois pour les doctorants.

«En ce qui concerne l’évolution du nombre de bénéficiaires des bourses, nous avons enregistré une augmentation en termes de budget et d’effectif», nous explique Abdellatif Miaroui, président de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech. 37 243 étudiants licenciés ont bénéficié de bourses au titre de l’année universitaire 2016-2017 contre 36 564 en 2015-2016. Les bourses d’excellence sont accordées par le CNRST aux meilleurs doctorants. Le critère d’attribution des bourses de mérite est l’excellence académique, les décisions d’octroi de ces bourses reviennent à une commission d’évaluation. En outre, certains doctorants bénéficient de bourses consistantes dans le cadre de projets de recherches nationaux et internationaux.

«Il faut saluer plusieurs initiatives récentes en la matière notamment l’augmentation du nombre de bénéficiaires des bourses en Licence, Master (de 50% à 90%) et Doctorat. Pour ce dernier cycle la bourse a même été généralisée. En outre, il y a 3 – 4 ans, le montant des bourses a été revalorisé», précise Saaid Amzazi, président de l’Université MohammedV Rabat.

Pour préserver une réputation de haute qualité de son enseignement et attirer des étudiants doués mais n’ayant pas forcément les moyens de financer des études dans de telles écoles, beaucoup d’établissements supérieures privées ont mis en place leurs propres bourses. C’est le cas de l’Institut supérieur d’ingénierie des affaires (ISGA) qui a initié et assuré ses actions citoyennes à travers sa propre fondation Myriam Diouri. Lancées en 1992, ces actions se traduisent en bourses sociales, bourses de mérite, publication de livres, etc. «A aujourd’hui, plus de 100 lauréats ont ainsi suivi gratuitement leurs formations à l’ISGA et sont aujourd’hui cadres dans diverses entreprises, au Maroc et à l’étranger ou enseignants dans des écoles d’enseignement supérieur privé ou des universités. A côté du financement intégral des études, l’ISGA accorde des aides partielles, chaque année, à une centaine d’étudiants», nous explique Mohammed Diouri, fondteur du Groupe ISGA.

Toutes ces aides partielles ou totales sont accordées pour des raisons socioéconomiques ou de mérite. La fondation finance aussi des doctorants, dans des universités marocaines et étrangères en prenant en charge les frais d’inscription, de publication, de voyage pour des congrès et de séjour.

Autre programme d’attribution de bourses d’études, celui de l’Université privée de Marrakech. Chaque année, ce sont plus d’une centaine de nouveaux étudiants qui bénéficient d’une bourse d’études. Ces bourses sont délivrées par la Fondation de l’UPM et ses partenaires. Les critères d’attribution se basent sur le mérite académique et la situation sociale du demandeur. Il s’agit du principe d’une bourse au mérite.

En plus de ces aides, certaines fondations, marocaines ou étrangères accordent également des bourses pour étudier à l’UPM. Dernièrement, 100 bourses d’études ont été annoncées par l’Académie régionale de l’éducation et de la formation Tensift-El Haouz pour les jeunes méritants de la région Marrakech-Safi qui souhaitent avoir lopportunité de rejoindre l’UPM.

De son côté, la Fondation HEM octroie des bourses d’études à de jeunes bacheliers ou étudiants nécessiteux mais méritants, admis au concours d’accès du Programme Grande Ecole de HEM avec une moyenne générale de 12/20 minimum et dont le revenu des parents (ménage) est inférieur ou égal à 10 000 DH nets par mois. Les candidats passent, par ailleurs, un entretien devant une commission désignée par la fondation et dont l’objectif est d’évaluer leur potentiel et leurs motivations profondes. Les bourses sont octroyées de manière partielle pendant toute la durée des études : chaque étudiant boursier doit contracter un crédit auprès de la banque partenaire de la Fondation HEM à hauteur de 20 000 DH par an ; crédit qu’il ne remboursera qu’après ses études. La Fondation HEM finance alors la totalité ou les 3/4 du reliquat des frais d’études selon le niveau de revenus du ménage.

Bien que HEM ait toujours accordé des bourses depuis sa création, elle le fait par le biais de la Fondation HEM depuis 2012. 44 bourses ont été octroyées depuis cette date, soit une moyenne d’environ 9 bourses par an. Pour ce qui est de l’Université Internationale de Rabat, celle-ci compte, pour la rentrée 2017-2018, plus de 3 300 étudiants. 30% de ces étudiants bénéficient de la gratuité totale ou partielle des études et du logement sur site.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *