Ministres potentiellement chômeurs
30 septembre 2007
Saad Benmansour (1059 articles)
0 Commentaire
Partager

Ministres potentiellement chômeurs

ils ne retourneront pas à  leurs anciennes fonctions

Karim Ghellab, Taoufik Hejira et Mohamed Boussaid.
S’ils n’étaient pas reconduits, il leur serait difficile de redevenir de simples directeurs au sein des ministères qu’ils ont dirigés.

Qui parmi les ministres du gouvernement Jettou sera reconduit, qui ne le sera pas ? Si pour certains la fin de la ministrabilité signifie un retour aux activités antérieures (chef d’entreprise, médecin, avocat, salarié du privé…), l’avenir de ceux qui étaient fonctionnaires est incertain. C’est le cas de Karim Ghellab, ministre de l’équipement et du transport, auparavant à la tête de la direction des routes dans le même ministère, de Taoufik Hejira, ministre délégué au logement, ex-inspecteur régional de l’habitat et de l’urbanisme, à Fès, pour le compte du même département, et enfin de Mohamed Boussaïd, qui, avant d’être ministre, s’occupait de la direction des entreprises publiques aux Finances.

Que vont devenir les trois ministres s’ils ne sont pas reconduits ? Logiquement, ils pourraient prétendre à réoccuper leur ancienne fonction, ou du moins à rependre du service au sein de leur ministère. Seulement, et la pratique l’a démontré partout dans le monde, il est difficile, une fois que l’on a dirigé un ministère, de redevenir simple directeur sous les ordres d’un autre ministre et collègue avec des directeurs qui autrefois étaient des collaborateurs. Solution? Une reconversion éventuelle dans le privé ou un poste de directeur d’agence ou d’office. Heureusement qu’il y a la pension d’ancien ministre.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *