D’égal à égal…
13 février 2017
Saad Benmansour (1033 articles)
0 Commentaire
Partager

D’égal à égal…

Après un début de semaine chaotique à la suite d’agissements inopportuns et déplacés, pour ne pas dire hostiles, de la part de certains responsables au sein des instances européennes, l’UE semble revenir à la raison.

La déclaration de la vice-présidente de la Commission européenne, le mardi, est on ne peut plus claire. Certes, les propos sont rassurants, sages et remettent les pendules à l’heure : le Maroc est un partenaire clé pour l’Union européenne. Soit. Mais jusqu’à quand le Maroc devra-t-il encore supporter ces manœuvres qui deviennent récurrentes au point de se demander si ce n’est pas du chantage ? La sortie médiatique officielle de ladite commissaire rassure, calme les esprits mais ne peut pas rétablir complètement et durablement la confiance. Après les tentatives de nuisances répétées du Parlement européen ces dernières années, comme le coup de la Cour de justice européenne en décembre 2015 et, maintenant, cet incident causé par un commissaire qui parle au nom de l’UE, cela ne peut être que révélateur quant aux inimitiés, probablement intéressées, que nous vouent certains hauts fonctionnaires européens.

Le plus étonnant c’est que cette Europe censée être basée, à ses origines, sur des notions d’égalité, de solidarité, semble avoir oublié les composantes mêmes de son ADN. Deux partenaires sont par définition dans une relation d’égal à égal. Un partenariat est un partenariat, le même partout et pas selon qu’il soit Nord-Sud ou Sud-Sud. Un partenariat est une relation où chaque partie apporte sa contribution, ce qu’elle a de mieux pour son intérêt et pour l’intérêt commun dans la durée et le respect de la dignité. Ce que développe le Maroc avec les pays africains amis et frères depuis quelques années et même avec d’autres pays et régions, excusez du peu chers amis européens, pourrait peut-être vous aider à reconsidérer votre nouvelle philosophie en matière de partenariats et de relations internationales. Ne peut pas revendiquer le titre de partenaire un Etat ou une institution qui arrive avec ses gros sabots et sa petite bourse en croyant imposer ses vues et ses avis par la seule force des moyens matériels.

Et c’est peut-être bien à cause de cette conception erronée que beaucoup de pays européens et non des moindres et des instances, y compris l’UE, ont perdu du terrain en Afrique et ailleurs dans le monde ces dernières années. Le chantage est un jeu malsain qui peut donner quelques résultats à très court terme mais qui finit toujours par se retourner contre son auteur. Aujourd’hui, le Maroc remplit pleinement ses engagements et n’a plus besoin de prouver à l’Europe sa bonne foi. En revanche, c’est bien l’UE qui doit aujourd’hui donner les preuves au Maroc qu’elle est vraiment un partenaire digne de confiance. Nous jugerons sur pièce…

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *