Un pur produit de l’école marocaine à la tête de Microsoft Maroc
31 août 2017
Wiam Markhouss (248 articles)
0 Commentaire
Partager

Un pur produit de l’école marocaine à la tête de Microsoft Maroc

Diplômé de l’Ecole Mohammadia des ingénieurs, Hicham Iraqi Houssaini a mené presque toute sa carrière au Maroc.  Il gère depuis 9 mois la filiale marocaine de Microsoft en privilégiant la proximité avec les équipes.  Au-delà de ses objectifs commerciaux, il veut contribuer à améliorer l’éducation, l’employabilité et les e-services au Maroc.

Nommé à la tête de Microsoft Maroc en juillet 2017, après 9 mois d’intérim, Hicham Iraqi Houssaini est un pur produit de l’école marocaine. Ce natif de Fès, âgé de 45 ans, a pris les rênes de l’entreprise (de 70 personnes) après le départ de son ancien DG, Samir Benmakhlouf, «un ami de longue date». Lauréat en génie logiciel de l’Ecole Mohammadia des ingénieurs, M. Iraqi Houssaini gère l’entreprise à sa manière. «Je privilégie la proximité avec les clients et surtout avec mes équipes. C’est fondamental. La médiatisation vient après», déclare-t-il. Le choix ne s’est pas porté sur lui par hasard. Il a intégré Microsoft Maroc en 2000 après 3 ans passés chez Autoroutes du Maroc en tant que responsable exploitation informatique. Entre les deux expériences, en 1998, il tente le consulting chez Ernst & Young et entame en même temps un master en finance à l’ISCAE. Diplôme en poche, M. Iraqi Houssaini frappe aux portes du géant américain où il bâtit une carrière dans le volet commercial pendant 6 ans. L’ayant quitté en 2006, il revient à Microsoft en 2014 pour prendre en charge la direction grands comptes. Aujourd’hui, il s’occupe surtout de l’animation du marché tout en veillant à participer -à travers les technologies de Microsoft- au développement de 3 domaines capitaux : l’éducation, l’employabilité et les e-services au citoyen. «Je veux contribuer au développement de mon pays», dit-il avec un air patriotique.

Dynamiser le marché

Il faut savoir que Microsoft, installée au Maroc depuis 1993, est une entité de promotion. La vente se fait à travers un réseau de partenaires même si la filiale marocaine garde un département réduit destiné à l’activité commerciale. «L’essentiel, c’est l’animation du marché et la canalisation à travers le réseau des partenaires qu’on a pour mission de coacher. On touche à toute la pyramide, de la grande entreprise au client TPE en passant par l’administration», explique le DG de Microsoft. Le Maroc reste certes un petit marché en termes de chiffre d’affaires pour la multinationale américaine (considérée comme le plus grand fournisseur de logiciels au monde) mais pouvant mener à conquérir de nouveaux marchés. Les solutions de Microsoft proposées à travers le Cloud permettront sans doute d’atteindre les objectifs commerciaux escomptés. Cela dit, Microsoft Maroc a pour mission principale de dynamiser le marché. «Nous avons pour mission de présenter les technologies à venir. On est déjà en avance de 2 ou 3 ans par rapport à la concurrence», dit non sans fierté M. Iraqi Houssaini. L’autre mission du nouveau DG de la multinationale américaine au Maroc est de faire valoir l’expertise de l’entreprise dans l’éducation, l’employabilité et les e-services au citoyen. «D’après le dernier rapport du World Economic Forum sur l’employabilité et les métiers du futur dans la zone MENA, 50% des emplois qui existent au Maroc aujourd’hui peuvent être automatisés. La seule solution est de renforcer les compétences d’abord dans les sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STEM), puis dans le domaine digital tout en disposant d’un métier traditionnel. A titre d’exemple, un médecin doit avoir des connaissances dans la technologie et dans le digital», explique le DG de Microsoft. Et pour cause, les moyens de consultation de demain seront digitaux.

Introduire l’inclusion numérique

Il faudra donc préparer les étudiants à ces nouveaux marchés. Il ira même plus loin. Pour cet homme de terrain passé par l’expatriation au Moyen-Orient chez le holding saoudien YALJ (Yousef Abdul Lateef Jameel Group), il faut introduire l’inclusion numérique au plus bas âge. Le but est de mieux orienter l’apprentissage des enfants. Aujourd’hui, Microsoft est arrivée à former 8 400 élèves dans le développement informatique (coding). L’objectif de M. Iraqi Houssaini est d’atteindre 1 million d’élèves. La multinationale s’est aussi intéressée aux enseignants. Suite à la convention signée par Microsoft et le ministère de l’éducation et de la formation professionnelle en 2012, quatre ans plus tard, 120 000 enseignants ont été formés et certifiés dans l’utilisation de la suite de productivité Microsoft pour introduire le contenu digital dans les classes. Dans le volet employabilité qui reste par ailleurs fortement lié à l’éducation, le DG de Microsoft s’enorgueillit des résultats de la plateforme Taâmal qui a accompagné 200 000 jeunes marocains à trouver un travail. Enfin, dans le volet e-services, M. Iraqi Houssaini espère que la transformation digitale sera effective à l’échelle de tout le pays. «La dématérialisation des services permettra d’accompagner l’accélération de tous les chantiers au Maroc, de renforcer la transparence et d’ôter tous les maux de la société. Tout cela ne peut être possible si l’on écarte l’humain», analyse-t-il. Hicham Iraqi Houssaini entame tous ses projets avec un brin d’optimisme. «On n’est pas dupe mais on est optimiste. C’est ce qui me drive au quotidien», résume-t-il.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *