Transport de volaille : l’Etat déterminé à faire respecter la loi
16 avril 2018
Mehdi Jaouhari (169 articles)
0 Commentaire
Partager

Transport de volaille : l’Etat déterminé à faire respecter la loi

Conditions de transport de volaille, tueries, assurance et encadrement du secteur ont été passés en revue durant une rencontre entre éleveurs et ministre de tutelle. Les éleveurs réclament le statut agricole.

Une rencontre a réuni, mardi 10 avril à Casablanca, le ministre de l’agriculture, Aziz Akhannouch et les membres du conseil d’administration de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA) en présence de représentants du département de l’agriculture, de l’ONSSA ainsi que de l’assureur agricole -la MAMDA. Objectif : faire le point sur la situation du secteur, ses avancées et les leviers nécessaires pour dépasser certaines contraintes pour accélérer la mise à niveau du secteur. Les professionnels ont principalement insisté sur les conditions et les circuits de transport de la volaille vivante qui peuvent représenter un risque sanitaire et un vecteur de propagation dans le cas d’apparition de maladie avicole. Ils ont également insisté sur l’urgence de la mise en place de mesures fermes ciblant les tueries (riachates), que ce soit dans la mise à niveau de l’existant ou dans la limitation des agréments délivrés au niveau local.

Reconversion des tueries artisanales en points de vente

Des propositions ont été exprimées sur ce volet, notamment pour la reconversion de ces tueries en points de vente de viande de volaille provenant d’abattoirs agréés ou en unités d’abattage de proximité destinés exclusivement au besoin de la ménagère. Autres requêtes des professionnels et non des moindres : le classement des éleveurs de volaille dans le statut agricole, la récupération de la TVA non apparente sur les prix des œufs de consommation et la création d’une nomenclature douanière spécifique aux œufs SPF. Des points que le ministère examine afin de prendre les mesures nécessaires en concertation avec les départements concernés. Pour ce qui est de la mise en place d’une assurance couvrant les risques sanitaires en aviculture, la FISA a été invitée à approfondir la discussion de ce projet avec la Mamda afin de trouver des formules adaptées au contexte de l’élevage avicole national. Notons que les objectifs de production des viandes de volaille et d’œufs de consommation au titre du contrat programme 2020 sont réalisés a 77 % et 88%, respectivement.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *