Tamwil El Fellah démarre officiellement en janvier 2010
28 décembre 2009
Lavieeco (24414 articles)
0 Commentaire
Partager

Tamwil El Fellah démarre officiellement en janvier 2010

La filiale du Crédit agricole table sur 10 000 clients pour sa première année d’exercice.
Pour 2010-2014, les prêts cumulés totaliseront 5 milliards de DH pour 100 000 clients.
L’Etat a déjà  débloqué une subvention de 50 MDH à  travers le fonds de stabilisation.

Comme nous l’annoncions, en septembre dernier, la nouvelle banque dédiée aux petits agriculteurs démarre ses activités en janvier prochain. Baptisée, à juste titre, Tamwil El Fellah, et détenue à 100% par le Crédit agricole du Maroc (CAM), la banque est dotée pour son démarrage d’un capital de 100 MDH. Mustapha Ben El Ahmar, son Dg, est confiant.
«La machine est prête à se mettre en branle et je peux annoncer que nous avons une bonne cinquantaine de dossiers que nous traiterons dès le début de notre exercice», confie-t-il. «Nous avons choisi de suivre à la trace les projets validés et subventionnés par l’Etat. C’est ainsi que les premiers dossiers concernent des projets financés par le Millenium challenge et l’Etat». Cette banque cible 50% du tissu de production agricole du pays estimé à 1,5 million d’exploitations. Sur la période 2010-2014, ses prêts cumulés devraient atteindre 5 milliards de DH qui profiteront à plus de 100 000 clients, dont
10 000 rien que pour l’année de démarrage durant laquelle seront ouvertes 14 agences. D’ici à 2014, 149 bureaux seront opérationnels à travers le pays. Tamwil El Fellah ne comptera pas que sur ses seuls moyens.
Eu égard à l’environnement risqué où il a obligation de s’investir, il s’appuiera sur le fonds de stabilisation de l’Etat. Une enveloppe de 50 MDH est d’ailleurs déjà débloquée.
Le CAM a bien retenu les leçons du passé et s’est entouré de toutes les précautions pour éviter les écueils qui pourraient entraver le bon fonctionnement de la nouvelle banque ou sa pérennité. Un : il a séparé l’activité de la banque commerciale du reste. Deux : la clientèle est segmentée de sorte qu’il soit possible de mettre en place les procédures adéquates et proposer des produits spécifiques. Concrètement, le CAM se recentre sur une activité de banque normale qui s’occupe également de la clientèle des agriculteurs éligibles au crédit selon les normes strictes de la profession. Trois: il a été créé la fondation Ardi dont la vocation est d’accorder des microcrédits aux tout petits agriculteurs. Et pour le reste des agriculteurs qui ne présentent pas de garantie pour prétendre à des crédits de financement classique, il fallait inventer autre chose car cette population a des besoins auxquels aucun organisme financier ou bancaire ne peut répondre alors qu’il faut les arrimer à la modernisation de l’agriculture et au plan Maroc vert.
 

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *