16 septembre 2005
Aziza belouas (1463 articles)
0 Commentaire
Partager

Pas d’importation de lait pour le Ramadan

Les professionnels du secteur laitier ont constitué d’importants stocks de lait UHT.
L’offre de lait disponible est estimée à 70 millions de
litres pour des besoins de l’ordre de 60 millions.

Comme l’an dernier, il n’y aura pas de pénurie de lait au cours de ramadan 2005. L’offre sera largement suffisante et il n’y aura pas d’importation. Cette décision a été prise au niveau sectoriel lors d’une réunion de la Fédération nationale des industriels du lait (FNIL), présidée par Driss Bencheikh, DG de Centrale Laitière, le ministère de l’Agriculture et celui du Commerce et de l’Industrie.
Certes, Ramadan coïncide cette année avec la période de basse lactation, mais les professionnels du secteur ont pris les mesures nécessaires pour un approvisionnement régulier du marché. Notamment la constitution d’un stock de lait UHT qui répondra aux besoins durant le mois sacré. Ainsi, à Centrale Laitière, la production d’UHT a commencé il y a cinq mois. «Nous avons produit une grande quantité car l’UHT est un produit qui a une longue durée de vie, soit 3 à 4 mois. Pour maîtriser l’approvisionnent du marché, nous procédons à une minutieuse gestion de la DLC (date limite de consommation)», explique-t-on à la direction générale de Centre Laitière. Et d’ajouter que l’on procède à une véritable planification industrielle dans la mesure où, au cours du mois de ramadan, la priorité est donnée à la production de lait frais, fortement demandé durant cette période. Selon les statistiques de Centrale Laitière, la collecte de lait frais a aujourd’hui augmenté de 13 %. La filiale du groupe ONA collecte 1,1 million de litres de lait frais, ce qui représente 50 % du marché global.

L’offre augmente de 20 % par rapport à 2004
A la Coopérative agricole de Taroudant ( COPAG), producteur de la marque Jaouda, on a aussi constitué un stock de lait UHT. Pour rappel, la Copag n’a jamais importé de lait pour faire face à la demande de Ramadan. Comme chaque année, cette demande connaît une augmentation variant entre 20 et 30 % par rapport à la consommation normale. Pour y faire face, la FNIL prévoit une offre de 70 millions de litres pour un besoin estimé, toujours selon les industriels, à 60 millions de litres. Le secteur garantit une hausse de 20 % de l’offre par rapport à Ramadan de l’année dernière.
C’est l’aboutissement des multiples actions menées par les industriels du secteur pour maîtriser l’approvisionnement régulier en lait. Les industriels procèdent à l’encadrement des éleveurs potentiels. Ainsi, Centrale Laitière aide les éleveurs à financer leurs achats d’aliments et assure un encadrement technique dans certaines exploitations agricoles.
Toutefois, les professionnels tiennent à préciser que l’impact de la toute récente importation des génisses n’a pas encore été ressenti au niveau de la production laitière.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *