Maroc Vert : Nouvelle orientation de commercialisation des produits agricoles
29 avril 2013
Lavieeco (25048 articles)
0 Commentaire
Partager

Maroc Vert : Nouvelle orientation de commercialisation des produits agricoles

Sécurité alimentaire, accroissement du revenu des agriculteurs et valorisation de la production sont les trois objectifs visés. Par souci d’optimisation, les marchés de gros passeront de 38 à  32. 17 plateformes multi-produits et multi-activités seront créées.

Quand on parle de la commercialisation des produits agricoles, les esprits se tournent automatiquement vers les exportations dont l’encouragement occupe une place de choix dans le Plan Maroc Vert. Mais en faisant aussi de l’autosuffisance alimentaire un objectif de premier rang, ce plan accorde une importance toute particulière au marché intérieur. La totalité de la production de céréales, de lait, de viandes rouge et blanche et une très grande partie de celle de fruits et légumes sont consommées sur place. D’où l’impératif d’organiser ce marché pour le rendre plus efficient. Le ministère de l’agriculture le souligne à bon escient : «Le Plan Maroc Vert a réservé une place de choix à la modernisation des circuits de commercialisation des produits agricoles sur le marché intérieur dans le triple objectif d’améliorer sa contribution à la sécurité alimentaire du pays, d’accroître le revenu des agriculteurs  et de mieux valoriser la production agricole».

Le constat à la base de la nouvelle orientation est que ce marché souffre d’une distorsion des prix préjudiciables aux producteurs et aux consommateurs du fait d’un déficit de libéralisation de certaines activités, du non-respect des normes d’hygiène, s’il en existe, de la faible intégration entre le secteur et la distribution moderne et du bradage des produits sur prix ou à bord champs, faute d’un circuit logistique  performant. Au bout de la chaîne, les intermédiaires, particulièrement pour ce qui est des fruits et légumes, accaparent l’essentiel des revenus au détriment des producteurs. Le ministère souligne que «ces défaillances freinent l’intégration de l’agriculture paysanne dans l’économie de marché, le développement du marché intérieur, en l’empêchant d’atteindre une masse critique prometteuse de décollage économique, et maintiennent un grand différentiel entre les prix perçus par les producteurs et payés par le consommateur».

La convention de mise en place du marché de gros de Berkane est signée

Pour corriger ces dysfonctionnements, le Plan Maroc Vert a prévu l’amélioration de l’accès au marché par la libéralisation progressive des marchés nationaux, la mise en place de bourses de valeur nationales dématérialisées en réseau, l’instauration  des normes en termes de qualité et d’hygiène à travers la promotion de la modernisation des circuits de commercialisation.

C’est dans la même veine que le choix  est porté sur l’agrégation comme modèle d’organisation des opérateurs d’une même filière pour  sauvegarder leurs intérêts de par une juste répartition des risques et une meilleure rémunération des agriculteurs.  
Selon les services du ministère de l’agriculture, des progrès significatifs ont été réalisés avec ses partenaires publics et privés sur l’ensemble de ces axes stratégiques. Ils annoncent également qu’un schéma national d’orientation des marchés de gros est arrêté suite à une étude relative à la stratégie nationale de développement des marchés de gros, lancée conjointement avec le ministère du commerce, de l’industrie et des nouvelles technologies et le ministère de l’intérieur. Ce schéma est formé de quatre axes. Le premier consiste à optimiser l’implantation géographique des marchés de gros  en les faisant passer de 38 actuellement à 32. Le deuxième point porte sur la modernisation des infrastructures des marchés de gros avec notamment un ajustement des dimensionnements et la constitution de 17 plateformes multi-produits et multi-activités. Ce schéma prévoit ensuite un modèle de gestion plus efficace permettant d’améliorer l’attractivité de ces marchés. Enfin, il est prévu d’améliorer la gouvernance -le mode de gestion- de ces marchés de gros. Il est précisé par ailleurs qu’une convention cadre de mise en place du marché de gros de Berkane a été signée en février 2013.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *