13 mai 2011
Aziza belouas (1460 articles)
0 Commentaire
Partager

Les textiliens se frottent les mains : des carnets de commandes fournis jusqu’à  fin juin

Les exportations à  fin mars ont progressé de 15,4% par rapport au premier trimestre 2010. Grosse reprise sur l’Espagne, les USA, l’Allemagne et l’Angleterre.

Bonne nouvelle, le secteur du textile a renoué avec un rythme de croissance qu’il n’avait pas connu depuis 2007. Depuis le début de l’année, le montant des exportations se situe dans une moyenne de 2,5 milliards de DH par mois. Pour le premier trimestre, les recettes ont progressé de 15,4% par rapport à la même période de l’année précédente, passant de 6,5 milliards de DH à 7,5 milliards. Les deux principales filières du secteur que sont la confection et la bonneterie ont progressé respectivement de 17% et 11%, à 4,9 et 1,7 milliard de DH.
Certes, l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (Amith) ne manque pas de souligner que le secteur a ressenti l’impact des révolutions que connaît le Maghreb, en raison de l’amalgame dans les esprits, toutefois, les industriels tiennent à préciser qu’il n’y a pas d’annulation de commandes, mais plutôt un léger manque à gagner. La suite est de bon augure puisque les entreprises ont une visibilité jusqu’au mois de juin, ce qui n’était pas le cas en 2010. Autrement dit, les carnets de commandes sont pleins.

Les textiliens courtisent les industriels indiens

L’impact des tensions politiques a surtout été ressenti en France où la progression des exportations a seulement été de 7%. En revanche, sur les marchés américain et espagnol, on a enregistré des croissances respectives de 48 et 25%. L’Amith relève également que la reprise se poursuit sur la Grande-Bretagne dont les importations de produits textiles marocains ont progressé de 15% alors qu’à la même période de 2010 plusieurs entreprises travaillant sur ce marché, particulièrement les industriels implantés dans la zone industrielle de Rabat-Salé, avaient arrêté leurs productions en raison de la crise économique anglaise et de la dévaluation de la livre sterling.
Le marché allemand n’est pas en reste puisqu’il a également enregistré une hausse de 19%. Ces performances sont le fruit, explique-t-on à l’Amith, des actions de prospection et de promotion menées par les industriels en vue,d’une part, de se renforcer sur les débouchés traditionnels, et, d’autre part, de diversifier leurs marchés. C’est dans ce cadre d’ailleurs que l’association a organisé, fin avril, une mission en Inde. L’objectif était de présenter les opportunités d’investissement que peut offrir le Maroc aux industriels de ce pays. Il s’agit essentiellement de petites niches dans les filières cotonnière et synthétique. Les Indiens ont été réceptifs et surtout très réactifs, selon l’Amith, dans la mesure où une délégation viendra au Maroc au cours du second semestre de l’année courante.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *