L’Agence française de développement décide de renforcer sa coopération avec le Maroc
14 novembre 2017
Hicham Benjamaa (134 articles)
0 Commentaire
Partager

L’Agence française de développement décide de renforcer sa coopération avec le Maroc

L’agence va augmenter ses engagements financiers à 400 millions d’euros par an et redéfinir sa stratégie Maroc. Les axes privilégiés sont le capital humain, la santé, l’éducation, la régionalisation avancée, la réduction des inégalités territoriales, la transition climatique, etc.

L’Agence française de développement (AFD) portera ses engagements financiers pour le Royaume à 400 millions d’euros par an. C’est ce qu’a annoncé, le 2 novembre à Rabat, son directeur général, Rémy Rioux, à l’occasion d’une visite effectuée récemment au Maroc. «Nous voulons accroître notre engagement en faveur du pays, à un moment important où il est en train de redéfinir son modèle de développement et souhaitons l’accompagner dans ce sens», a notamment déclaré le DG de l’AFD. Et de préciser : «Nous avons redéfini notre stratégie Maroc autour de plusieurs axes que sont le capital humain, la santé, l’éducation, la régionalisation avancée et la réduction des inégalités territoriales, ainsi que les transitions climatique, énergétique et numérique».

A la fin de l’année dernière, l’AFD a été recapitalisée par un apport du gouvernement français de l’ordre de 2,5 milliards d’euros. En outre, l’aide publique française au développement devrait passer de 0,38% à 0,55% du PIB de l’Hexagone, ce qui s’exprimera, d’abord et avant tout, par des engagements en Afrique et, par là-même, dans le Royaume. A ce titre, l’agence s’est dite prête à accompagner le Maroc dans ses projets en Afrique.

Priorité à la lutte contre le changement climatique

Le Royaume est le premier bénéficiaire des financements de l’AFD avec, depuis 1992, plus de 5 milliards d’euros d’engagements en sa faveur. Depuis 1999, l’agence a accompagné le Royaume dans la création de 25 centres de formation professionnelle dans plusieurs secteurs, dont l’automobile, l’aéronautique et les énergies renouvelables. En juin, une convention de prêt de 80 millions d’euros a été signée pour accompagner la stratégie d’éducation du Royaume, y compris dans le renforcement de l’apprentissage des langues (en particulier le français) et le développement des baccalauréats professionnels. De même que l’AFD continuera à s’intéresser à la question de l’ancrage local, dans le cadre de la régionalisation avancée, ainsi qu’à la question de l’égalité entre les femmes et les hommes. A l’heure actuelle, une cinquantaine de projets, financés par l’AFD, sont en cours d’exécution.

Le DG de l’AFD a également mis l’accent sur le fait que celle-ci consacre 50% de ses financements à des projets ayant un «effet direct» dans la lutte contre le changement climatique et qu’il envisage de «donner une ambition supplémentaire» aux activités de l’agence pour qu’elle soit entièrement compatible avec les engagements de l’Accord de Paris.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *