La valorisation des déchets permettra de créer 70 000 emplois d’ici 2020
20 octobre 2016
Hicham Benjamaa (114 articles)
0 Commentaire
Partager

La valorisation des déchets permettra de créer 70 000 emplois d’ici 2020

Le Maroc produit 7 millions de tonnes de déchets par an, ce qui génère 7,5% des émissions de gaz à effet de serre du pays. La valorisation est un secteur porteur de l’économie, favorisant à la fois la création d’emplois et le développement d’une économie à base carbone.

Dans le cadre de son programme pour la COP22, la CGEM a organisé, le 10 octobre à Skhirat, en partenariat avec la Coalition pour la valorisation des déchets (COVAD), le Sommet international pour la valorisation des déchets et le climat (Waste and Climate International Summit). Objectif, présenter l’état des lieux et les avancées innovantes en matière de gestion et de valorisation des déchets, dans la perspective d’atténuer les effets du changement climatique.

Au Maroc, la production des déchets est d’environ 7 millions de tonnes par an et ceux-ci génèrent 7,5% des émissions de gaz à effet de serre, contre près de 4% à l’échelle mondiale.

Durant de nombreuses années, les efforts, en matière de traitement des déchets, se sont essentiellement concentrés sur le compostage, la méthanisation et l’incinération. Cependant, ces solutions se sont avérées peu efficientes, étant elles-mêmes génératrices de gaz à effet de serre. D’où l’attention particulière accordée à la valorisation et au recyclage exprimée par Miriem Bensalah-Chaqroun, présidente de la CGEM.

Valorisation énergétique des déchets ménagers pour alimenter des industries énergivores

Hakima El Haite, ministre chargée de l’environnement, va dans le même sens, estimant que «le déchet est une opportunité exceptionnelle de création d’emplois. D’ici à 2020, nous aspirons à créer 70 000 emplois dans le développement des filières de valorisation». Le ministère chargé de l’environnement s’est également fixé pour objectif d’atteindre un taux de recyclage des déchets de 20%, à l’horizon 2020. Cet objectif nécessitera, entre autres mesures, une gouvernance partagée entre le secteur public et privé et une taxation équitable répondant au principe du pollueur-payeur.

Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, explique en ce qui le concerne que «dans le cadre du Plan d’accélération industrielle, nous avons lancé, en mars dernier, un écosystème dédié aux matériaux de construction dont la structuration s’est accompagnée de mesures stratégiques engageant notre pays sur la voie de la croissance verte». Parmi ces mesures, figure la valorisation énergétique des déchets ménagers pour alimenter des industries particulièrement énergivores, telles que les cimenteries et l’industrie sidérurgique. Ce qui induit la réduction de la facture énergétique de 200 MDH par an et la création de 1100 nouveaux emplois industriels d’ici 2020. A noter qu’au Maroc le taux de recyclage actuel des déchets ménagers est de seulement 7%.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *