29 juin 2007
Lavieeco (24916 articles)
0 Commentaire
Partager

La cession des 4% de Maroc Telecom bouclée

Avec plus de 4,6 milliards de dirhams, il s’agit de la 2e plus importante opération dans l’histoire de la Bourse de Casablanca

La technique de cession (ABO) est utilisée pour la première fois au Maroc.

C’est ce vendredi 29 juin que seront connus le prix de cession et les allocataires des 35,16 millions d’actions de Maroc Telecom mises sur le marché par l’Etat dans le cadre d’un placement par ABO (Accelerated Bookbuilding Offering, ou vente de bloc accélérée). L’opération, qui représente 4% du capital de l’opérateur télécoms est la deuxième plus importante dans l’histoire de la Bourse de Casablanca, après celle de l’introduction en Bourse de… Maroc Telecom en décembre 2004. Elle portera sur un montant de plus de 4,6 milliards de dirhams, soit autant que les introductions d’Addoha, Samir et Sonasid réunies. C’est aussi l’équivalent de 144 fois (7 mois) le volume quotidien traité sur la valeur. Inutile de rappeler, puisqu’il s’agit d’une opération de privatisation, que 50% du montant de la transaction ira au Fonds Hassan II.

Seuls les institutionnels marocains et étrangers peuvent souscrire
La technique de vente de bloc accélérée est courante dans les marchés développés, mais c’est la première fois qu’elle se pratique au Maroc. Elle s’est matérialisée par la constitution d’un livre d’ordres par les banques en charge du placement (CFG Group, Banque Centrale Populaire et Morgan Stanley) reprenant l’ensemble des ordres exprimés par les investisseurs en 48 heures (entre mardi 26 juin à 16h30 et jeudi 28 à la même heure). Le prix sera déterminé en fonction du contenu de ce carnet d’ordres et la transaction sera réalisée sur le marché de blocs à la Bourse de Casablanca. A noter que cette opération n’est pas ouverte aux particuliers, seuls les institutionnels marocains et internationaux pourront passer des ordres. Des étrangers qui, rappelons-le, représentent entre 40 et 45% des volumes échangés sur le titre Maroc Telecom à la Bourse de Casablanca et Euronext, puisque Maroc Telecom est cotée aussi à Paris.

Au terme de l’opération, l’Etat marocain demeurera tout de même un actionnaire significatif de l’opérateur télécoms, avec 30% du capital et des droits de vote ; Vivendi Universal garde ses 51% et le flottant passera de 15% actuellement à 19%. Ce qui permettra, selon Abdelaziz Talbi, directeur de la DEPP (direction des entreprises publiques et de la privatisation), d’augmenter la liquidité du titre. Et ce n’est que l’un des objectifs assignés à l’opération puisque M. Talbi cite également l’optimisation de la contribution de l’opération au Budget de l’Etat, l’attrait de nouveaux investisseurs au Maroc et l’amélioration de la visibilité du titre.

Tout sera donc bouclé ce vendredi pour ce qui est des allocations. Quant à l’enregistrement de la transaction à la Bourse de Casablanca, il sera fait le 2 juillet, pour un règlement-livraison des titres le 5 du mois prochain.

Et comme à chaque fois qu’il s’est agi de Maroc Telecom, les textes réglementant le marché financier ont été retouchés. Ainsi, la fourchette autorisée de variation quotidienne du prix (1% actuellement dans le cas d’un bloc) est passée à 10%. Cela s’appliquera à toutes les opérations futures dès lors qu’elles porteront sur plus de 2,5% du capital et plus de 10 fois la taille minimale des blocs déterminée par la Bourse de Casablanca.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *