La BCP lorgne la Banque internationale  du Cameroun pour l’épargne et le crédit
25 mai 2009
Lavieeco (23849 articles)
0 Commentaire
Partager

La BCP lorgne la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit

Elle négocie l’achat de 52,47% des actions détenues par la Fédération des banques populaires de France.
Si les négociations aboutissent, ce sera sa troisième implantation sur le continent.

La Banque Centrale Populaire (BCP) a entamé des pourparlers avec son homologue français, le groupe Banques Populaires, pour le rachat de la participation de celui-ci dans le capital de la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec).
Si les négociations aboutissent, la banque coopérative marocaine mettrait la main sur 52,47% du capital de la première banque camerounaise qui dispose d’un réseau de 28 agences et emploie 622 personnes. Elle ferait surtout son entrée à l’un des marchés bancaires les plus prometteurs de l’Afrique francophone où ses deux concurrents directs ont déjà planté leurs étendards respectifs. D’une part, Attijariwafa bank qui vient d’y prendre le contrôle de la Société Camerounaise de Banques (3e banque commerciale du pays) et ce, lors d’une méga-transaction avec le groupe bancaire français Crédit Agricole (portant sur 4 banques africaines à la fois) et, d’autre part, BMCE Bank qui y a créé en 2008 une banque d’affaires, BMCE Capital Douala.
Depuis son passage sous contrôle de la Banque Fédérale des Banques Populaires en 2000, la BICEC affiche des performances louables. En 2008, le produit net bancaire s’est amélioré de 10% à 560 MDH, grâce notamment à des encours de crédit en progression de 23% à 3,8 milliards de DH et une base clientèle qui s’élargit (270 000 clients).

Le produit net bancaire de Biceca augmenté de 10% en 2008
La BCP, dont les deux filiales africaines (BP maroco-guinéenne et BP maroco-centrafricaine) actuelles ne contribuent à ce jour que de façon marginale au total bilan consolidé, disposerait grâce à la BICEC d’une sérieuse occasion de mieux asseoir son ambition africaine. Elle consoliderait, au passage, sa présence dans l’espace de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) où elle opère déjà à travers sa filiale à 62,5%, la Banque Populaire Maroco-Centrafricaine.
Organe central du réseau des Banques Populaires, du Crédit Maritime Mutuel et des Sociétés de Caution Mutuelle ; la Banque Fédérale des Banques Populaires, détient pour le compte de ses sociétés mères un ensemble de participations dont Foncia, Ma Banque, BICEC, Banque calédonienne d’investissement, Natixis et la Société Marseillaise de Crédit).

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *