7 mai 2004
Mohamed Moujahid (1048 articles)
0 Commentaire
Partager

Hormis Marrakech, le week-end du Mouloud n’a pas profité au tourisme

Des réglages encore nécessaires pour Kounouz Biladi.

Hormis Marrakech où tous les établissements (hôtels, maisons d’hôtes, appartements…) affichaient complet, les autres destinations, y compris Agadir, n’ont pas connu grande affluence durant le week-end prolongé du Mouloud, qui coïncidait avec le lancement de Kounouz Biladi 2004. Dans la capitale du Souss, les taux d’occupation annoncés par les hôteliers interrogés varient entre 10 et 40% selon que l’établissement appartienne ou non à un réseau structuré. A Fès, ce sont les hôtels qui reçoivent les groupes étrangers qui ont tiré leur épingle du jeu. Dans le Nord, Tanger continue de broyer du noir et se contente des quelques touristes venus de l’autre côté du détroit.
Méfiance entre hôteliers et voyagistes
S’agissant de Kounouz Biladi, nombre d’hôteliers contactés par La Vie éco, à Fès, Tanger ou à Agadir, affirment ne pas avoir reçu beaucoup de monde. Le mauvais temps a en effet dissuadé beaucoup de gens de voyager. En outre, la demande pour Kounouz Biladi exprimée auprès des agences de voyages a concerné surtout Marrakech, qui ne pouvait être satisfaite car peu d’hôtels de cette ville participent à l’opération. Enfin, il y a eu entre certaines agences de voyages et certains hôtels des malentendus sur la manière de mener cette opération, notamment pour ce qui est de l’encaissement.
La plupart des agences de voyages que nous avons sondées affirment que les hôtels, même inscrits sur la plaquette de Kounouz Biladi, affichent subitement complet quand on leur en parle et trouvent des disponibilités quand il s’agit de réservations directes. Dans d’autres cas, les hôtels exigent d’encaisser l’argent sur place avant d’envoyer à l’agence sa commission, alors que c’est l’inverse qui se pratique habituellement.
Certains hôtels ont en effet eu du mal à recouvrer leur dû lors des éditions précédentes. Résultat : un scepticisme général sur Kounouz Biladi 2004, y compris parmi ceux qui y adhèrent.
Autre argument avancé, agences de voyages et hôtels proposent directement aux clients de meilleurs produits que Kounouz Biladi, et ce sont les professionnels qui l’affirment. En effet, pour 50 ou 60 DH de plus, le client peut être hébergé en demi-pension dans certains trois étoiles et même quatre étoiles, avec de surcroît une commission plus substantielle pour l’agence de voyages, soit 10 % au lieu de 5 %

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *