Evolution favorable de la pêche côtière et artisanale
11 avril 2017
Mehdi Jaouhari (96 articles)
0 Commentaire
Partager

Evolution favorable de la pêche côtière et artisanale

Durant les deux premiers mois, les captures ont chuté de 19% mais la valeur a progressé d’autant. Depuis 2009, le chiffre d’affaires a progressé de 5% en moyenne n Les taux de réalisation des objectifs fixés par la stratégie Halieutis à l’horizon 2020 sont supérieurs à 65%.

Le secteur de la pêche côtière et artisanale s’en sort tant bien que mal. Durant les deux premiers mois de 2017, les débarquements ont totalisé 168 387 tonnes d’une valeur de 1,31 milliard de DH. Comparés à la même période en 2016, le volume a décru de 19% mais la valeur a progressé d’autant. «La baisse du volume est principalement due à une régression des débarquements des petits pélagiques dont la sardine, tandis que la croissance du chiffre d’affaires a été dopée par une meilleure valorisation des céphalopodes, essentiellement le poulpe. Le prix moyen national est passé de 48 DH/kg durant les deux premiers mois de 2016 à plus de 56 DH/kg pour la même période en 2017», explique l’Office national des pêches (ONP). Cette tendance observée en ce début d’année est légèrement différente de ce qui a été vécu en 2016, année durant laquelle débarquements et recettes ont évolué dans le même sens, s’accroissant de 7% et 4% par rapport à 2015, à 1,38 million de tonnes et 6,84 milliards de DH. Depuis 2009, le chiffre d’affaires s’est apprécié de 5% en moyenne.

Près de la moitié des captures pour la congélation

Par espèce, les poissons pélagiques (sardine, anchois et thon) totalisent 1,23 Mt d’une valeur de 2,8 milliards de DH. Dans le même temps, 80 008 t de poisson blanc d’une valeur de 1,4 milliard de DH ont été capturées. Le volume de céphalopodes (poulpe et calmar) s’est établi à 45 859 tonnes estimé à 2,2 milliards de DH et celui des crustacés à 6 383 tonnes valorisées à 293 MDH. Connues pour leur haute valeur ajoutée ainsi que leur grande contribution à l’activité à l’export, ces deux espèces ont vu leur chiffre d’affaires s’accroître en 2016 de 5% et 12%. Toutefois, dans les céphalopodes, le poulpe a affiché une baisse importante de 26% en poids et 14% en valeur. «Dans le cadre des plans d’aménagement de la pêcherie poulpière lancés par le département de la pêche maritime, les périodes de pêche ainsi que les quotas peuvent varier d’une année à l’autre sur décision du ministère de tutelle, en suivant les recommandations de l’Institut national de recherche halieutique (INRH) qui effectue régulièrement des campagnes d’analyse et de prospection des stocks. De ce fait, ce recul enregistré durant la période citée est en rapport avec les périodes de consommation des quotas du poulpe au niveau de l’unité d’aménagement de la pêcherie poulpière lors de la campagne d’hiver qui commence généralement au début du mois de décembre. D’autant plus que les unités de pêche concentrent parfois leur activité sur le début de la campagne. Ainsi, le volume des captures peut augmenter considérablement au départ, comme ce fut le cas en 2015 et, en conséquence, enregistrer un arrêt de l’activité de manière relativement précoce l’année suivante une fois le quota épuisé, comme en 2016», détaille notre source au sein de l’ONP.

Concernant la destination des produits, la congélation a capté quasiment la moitié (47,44%) des débarquements. La conserve et l’industrie de la farine et de l’huile de poisson s’adjugent respectivement 16,75% et 12,41%. Le reste, 23,36%, a été mis sur le marché, contre 29,44% une année plus tôt. «Les quantités destinées à la consommation au niveau des données de l’ONP ne peuvent pas refléter fidèlement l’état de la consommation interne des produits de la pêche», relativise toutefois notre source.
Notons enfin que 94% des espèces débarquées au Maroc sont gérées durablement, tandis que les taux de réalisation des objectifs fixés par la stratégie Halieutis à l’horizon 2020 sont supérieurs à 65%.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *