5 mars 2004
Lavieeco (24916 articles)
0 Commentaire
Partager

Deux milliards de DH pour l’hôtellerie en 2003

L’investissement reste concentré sur les villes touristiques traditionnelles

Agadir reçoit 42 % des investissements et 40 % des nouvelles capacités
en lits.

L’année 2003 a été marquée par la construction de 41 établissements hôteliers, tandis que 13 autres ont fait l’objet de rénovation, d’extension ou de reclassement. Ce qui correspond à une capacité additionnelle de 8 579 lits. Ce sont les chiffres que vient d’arrêter la direction des Aménagements et des investissements du ministère du Tourisme
Les hôtels cinq étoiles représentent à eux seuls 44 % des investissements; viennent ensuite les hôtels quatre étoiles avec 40 %.
Par ville, Agadir a la part du lion avec 42 % du montant global et 40% des nouvelles capacités en lits. Cinq nouvelles unités totalisant 3 011 lits et un investissement de 780 MDH y ont ainsi ouvert leurs portes. On note notamment l’arrivée d’enseignes internationales prestigieuses comme Thomas Cook, Millénium Palace et Iberostar.
Donnée surprenante, Fès occupe la deuxième place avec 17 % des investissements, soit 307 MDH. Ainsi, les promoteurs continuent de croire en la ville. D’ailleurs, avec la mise en place de nouvelles dessertes aériennes et la dynamisation de la promotion dans la région (2004 étant programmée comme l’année de Fès par l’Office national marocain du tourisme), il y a fort à parier que la capitale spirituelle renaîtra très vite de ses cendres.
Marrakech vient en troisième position avec 178 MDH investis, soit 10 % du total. Deux unités d’une capacité de 874 lits y ont ainsi vu le jour. Pour cette principale destination touristique du Royaume, l’investissement peut paraître dérisoire, mais on ne doit pas oublier que le gros des projets est actuellement en cours de concrétisation dans la nouvelle zone touristique de l’Aguedal. Les premières unités seront ouvertes au cours de l’année.

Les petites villes du Sud encore peu prisées

Casablanca, dont la capacité hôtelière n’a pas évolué depuis plus d’une décennie a, pour sa part, enregistré un investissement de 177 MDH, correspondant à la réalisation de deux nouvelles unités de 412 lits. Mais la capitale économique dont le repositionnement touristique est en cours, enregistrera de nouvelles ouvertures prochainement grâce à Accor qui compte lancer les travaux du projet Casa City Center dès avril. A moyen terme, d’autres projets sont prévus, entre autres, la Marina et l’aménagement de la Corniche.
Ainsi, l’investissement touristique est essentiellement concentré, cette année encore, sur les villes touristiques traditionnelles. On notera cependant, un intérêt, à peine perceptible mais en développement, des investisseurs pour des régions telles que Safi, Zagora ou encore Ouarzazate. Safi a ainsi connu l’ouverture d’une nouvelle unité de 320 lits, soit un investissement de 80 MDH. Zagora pour sa part bénéficie de 3 nouveaux hôtels, soit 308 lits et un investissement de 41 millions de dirhams. Ouarzazate enfin se voit doter de deux nouvelles unités, totalisant 288 chambres pour un investissement global de 27 millions de dirhams.
Un effort particulier est par ailleurs entrepris au niveau du département de tutelle pour repositionner ces régions et développer le tourisme rural et le tourisme de niche.

Le rythme de croisière sera atteint grâce au Plan Azur

L’investissement touristique en 2003, année marquée par des évènements comme la guerre en Irak, le Sras, les attentats de Casablanca…, a malgré tout été porté à 2,1 milliards de DH, en hausse de 34 % par rapport à l’année précédente. «L’investissement touristique en 2003 a ainsi largement dépassé le rythme atteint au cours des années 1993-1995, période ayant enregistré des niveaux records (1,4 milliard de DH en moyenne) et a ainsi permis d’afficher la meilleure performance, en termes de capacité», signale-t-on au ministère de tutelle.
Néanmoins, ces résultats sont insuffisants par rapport aux objectifs de l’accord-cadre, qui prévoient une capacité additionnelle de 16 000 lits. Pourrons-nous, à ce rythme, atteindre les 80 000 lits prévus pour 2010 ? Au ministère du Tourisme, on reste confiant. «De telles performances sont appelées à se consolider dans les prochaines années avec notamment le lancement des stations balnéaires et les nouvelles zones touristiques. Nous atteindrons alors le rythme de croisière. En attendant, un effort particulier est nécessaire pour remplir les lits actuels. D’où la nécessité de stimuler l’aérien et le marketing», souligne Jawad Ziyat, directeur des Aménagements et des investissements au ministère du Tourisme.
Aujourd’hui, que ce soit au niveau du département de tutelle ou du côté du privé, on se rend compte de l’essoufflement du système de financement dans le secteur. La priorité consiste donc à encourager le financement sur fonds propres.
L’implication des institutionnels s’avère de plus en plus vitale pour atteindre les objectifs de la vision 2010. «Le chantier ouvert sur le financement est aujourd’hui primordial car il nous faut deux fois plus d’investisseurs dans les années qui viennent», précise Jawad Ziyat

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *