Banques participatives : une centaine d’agences opérationnelles d’ici la fin de l’année
25 octobre 2017
Reda Harmak (1097 articles)
0 Commentaire
Partager

Banques participatives : une centaine d’agences opérationnelles d’ici la fin de l’année

Cinq banques sur un total de 8 ont officiellement lancé leurs activités jusqu’à présent avec une quarantaine d’agences en service. Même si tous les acteurs ont un positionnement de banque universelle, l’offre reste limitée en attendant de compléter le cadre réglementaire et l’écosystème participatif.

Les lancements de banques participatives se succèdent depuis quelques semaines à un rythme tel que l’on en perdrait le fil. Quels établissements se sont donc déjà jetés à l’eau et lesquels sont sur le point de le faire ? Sur les huit établissements ayant reçu en début d’année l’avis favorable de Bank Al-Maghrib pour exercer des activités participatives, cinq ont jusqu’à aujourd’hui officiellement lancé leurs activités.

Umnia Bank, filiale conjointe de CIH Bank, CDG et Qatar International Islamic Bank, a été la première à le faire en mettant en rodage depuis le 22 mai dernier trois agences à Casablanca et Rabat qui avaient pour seul objectif d’établir un premier contact avec le marché. La banque ne s’est réellement mise aux affaires que le 24 juillet, une fois que Bank Al-Maghrib a diffusé au niveau de la place la convention de compte participatif et les modèles de contrats Mourabaha immobilière, habilitant les établissements à ouvrir des comptes et à proposer des financements à la clientèle. Le même jour, la filiale participative d’Attijariwafa bank ouvrait d’une traite 20 agences à travers le territoire national, ce à quoi s’ajoute une agence digitale. Courant août, Umnia renforçait son maillage avec de nouveaux points de vente établis dans 6 villes supplémentaires. Le même mois d’août, Bank Al Yousr, filiale commune du groupe Banque Populaire et Guidance Financial Group, ouvrait une agence siège à Casablanca.

Côté fenêtres participatives (banques participatives ne consistant pas en filiales créées ex nihilo mais greffées sur le réseau de leurs banques mères conventionnelles), Société Générale Maroc, avec sa marque Dar Al Amane, est la première à être passée au concret avec 4 agences à Casablanca, Marrakech et Agadir. Mises en rodage depuis septembre dernier, elles ont été officiellement ouvertes depuis la mi-octobre. Ces points de service se distinguent par le fait qu’ils sont exclusivement dédiés aux activités participatives, alors que chez les autres fenêtres participatives l’offre devrait être proposée à travers des «corners» logés au sein du réseau de distribution classique. Ces derniers jours, Crédit Agricole du Maroc s’est rajoutée au lot avec sa filiale participative Al Akhdar Bank créée en partenariat avec la société islamique pour le développement du secteur privé (ICD), membre du groupe Banque islamique de développement et qui démarre avec 4 agences établies à Casablanca et Benslimane.

Deux fenêtres participatives et une banque restent à lancer d’ici la fin de l’année

Avec tout cela, ce sont aujourd’hui une quarantaine d’agences bancaires établies dans les grandes villes par les 5 banques citées qui proposent leurs offres. Mais il faut le dire, celles-ci restent à l’heure actuelle réduites. La plupart des établissements se limitent aux services de banque au quotidien (compte bancaire, moyens de paiement…) avec un fort accent mis sur le digital. Le financement Mourabaha immobilière, qui est pourtant le produit le plus attendu par la clientèle selon les constats des professionnels, a encore du mal à trouver sa voie vers la demande (voir article p.14). Cela étant, l’ambition affichée par tous les opérateurs est de se positionner comme banques universelles ciblant toutes les catégories de clientèle avec une gamme complète de solutions de placement, investissement, financement… Avant cela il faudra bien sûr compléter le cadre réglementaire et l’écosystème du secteur participatif, ce qui nécessitera encore quelques mois, selon les anticipations des professionnels.

Dans l’immédiat, les établissements devraient s’employer à étoffer leur réseau d’agences. D’ici la fin de l’année, Bank Assafa devrait parvenir à 30points de service, Bank Al Yousr devrait effectuer 4 nouvelles ouvertures, tandis que Dar Al Amane et Al Akhdar Bank ciblent chacune un parc de 8 agences. Ceci sans compter deux fenêtres participatives restantes devant être lancées par Crédit du Maroc (Arreda) et BMCI (BMCI Najmah). Les deux devraient démarrer avant la fin de l’année, selon les intentions affichées, avec une à deux agences pour la première et une dizaine pour la deuxième. BMCE Bank of Africa devrait fermer le bal, avec sa filiale participative créée en partenariat avec le groupe Al Baraka. Celle-ci connaît un retard au démarrage du fait de réglages à apporter au système d’information de la nouvelle entité, selon le management. L’ouverture d’une vingtaine d’agences reste néanmoins toujours envisagée pour la fin d’année. D’ici là, l’on devrait donc parvenir à une centaine d’agences pour tout le marché.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *