Après Marrakech, Fairmont se développe à Rabat et Taghazout
25 septembre 2017
Wiam Markhouss (229 articles)
0 Commentaire
Partager

Après Marrakech, Fairmont se développe à Rabat et Taghazout

Un nouveau DG, Afif Salibi, est à la tête du resort depuis mai 2017. L’établissement reçoit une clientèle majoritairement française et marocaine, mais espère la diversifier.

Fairmont Royal Palm Marrakech a un nouveau directeur général. Afif Salibi, un jeune Libanais qui a affûté ses armes pendant 10 ans chez Fairmont, est à la tête de l’hôtel depuis mai 2017. Ce resort étalé sur 231 hectares sur la route d’Amzmiz (proposant 134 clés réparties en chambres, suites et villas, un golf 18 trous, 4 restaurants et 2 bars) est la propriété du groupe hôtelier mauricien Beachcomber. Depuis son ouverture en janvier 2014 et jusqu’en mai 2017, le resort était géré par son propriétaire. En avril 2017, Beachcomber signe un contrat de gestion avec Fairmont Hotels & Resorts (une des marques rachetées par AccorHotels en janvier 2015 avec Swisshôtel et Raffles) qui prend effet en mai de la même année. Depuis cette date, le groupe français AccorHotels gère le resort via sa marque Fairmont. Aujourd’hui, c’est l’un des fleurons de l’hôtellerie haut de gamme à Marrakech aux côtés du Four Seasons, d’Amanjena, du Palais Namascar et de la Mamounia, entre autres. Attirant une clientèle majoritairement française et marocaine (mais aussi allemande, britannique et arabe dans une moindre mesure), il affiche, d’après son DG, des taux d’occupation satisfaisants. «La moyenne de séjour est située entre 4 et 5 jours pour la clientèle étrangère alors que celle locale vient surtout pendant les week-ends. Avec le temps, nous comptons diversifier les marchés, d’autant plus que Marrakech est une ville ouverte sur le monde entier», déclare Afif Salibi. Parmi la clientèle du resort, on retrouve des clients fidèles à la marque Fairmont mais aussi énormément qui viennent via des réservations en ligne. «Malgré l’existence d’un site indépendant, de contrats avec les tour-opérateurs et avec les agences de voyages, nous privilégions également une présence digitale très forte», relate-t-il. D’ailleurs, après le rachat de Fairmont par AccorHotels, la marque a bénéficié de la force de frappe commerciale du groupe français qui gère plus de 4 000 hôtels dans le monde. Le groupe français a vu juste d’inclure la griffe haut de gamme à son tour de table.

Les prix de l’hôtellerie de luxe se maintiennent à Marrakech

Et pour cause, Fairmont Royal Palm Marrakech a su garder son niveau de prix malgré la baisse tarifaire enregistrée cet été dans les hôtels clubs et les riads… «Le tarif moyen des 10 hôtels 5* les plus prestigieux de la ville est élevé. Heureusement, pour ce type de produit, le marché existe», se réjouit Afif Salib. Le top management préfère garder confidentiel le taux d’occupation du Fairmont Royal Palm Marrakech. Notons que la moyenne annuelle de taux d’occupation des établissements hôteliers classés à Marrakech est, elle, située entre 50 à 55%. Outre l’hôtel, le Resort veut aussi dynamiser sa partie résidentielle composée de 91 villas dont 85 ont déjà été vendus à une clientèle majoritairement française. «Nous aidons les propriétaires à la gestion de leurs villas. Nous leur proposons des programmes de location, de services supplémentaires et de gestion des espaces communs. Vu le succès de  la commercialisation, une extension est prévue dans le cadre de la phase 2 du projet Fairmont Residences au Royal Palm Marrakech», explique le DG du resort. La chaîne Fairmont ne s’arrête pas en si bon chemin. Elle entame un plan de développement au Maroc. La marque prendra en charge la gestion des Fairmont résidences à Rabat (un hôtel doté de 186 chambres et 88 résidences de luxe) et Fairmont Taghazout Bay (établissement de 155 chambres et 52 résidences en bordure de mer) dont l’ouverture est prévue en 2019. A noter que ces resorts sont développés par des investisseurs indépendants. «Ces produits seront très complémentaires au Fairmont Royal Palm Marrakech. L’ouverture de ces deux hôtels permettra à la marque de gagner en notoriété dans le pays», résume M. Salibi. A noter que le resort emploie 400 collaborateurs permanents, voire plus en haute saison (entre mi-septembre et mi-mai). Il mise énormément sur la qualité de service et la relation client. Outre les formations classiques, les collaborateurs reçoivent des formations d’intelligence émotionnelle dans le cadre des programmes obligatoires «Promesse de service Fairmont».

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *