Al Hoceima : le retard accumulé dans les projets d’aménagement urbain rattrapé
14 septembre 2017
Reda Harmak (1075 articles)
1 commentaire
Partager

Al Hoceima : le retard accumulé dans les projets d’aménagement urbain rattrapé

Tous les marchés publics financés par le ministère de l’habitat ont déjà été engagés. Seuls quelques chantiers connaissent un blocage en raison de l’absence d’études préliminaires.

Même si Al Hoceima occupe moins la scène médiatique depuis quelques semaines, l’Exécutif semble toujours soucieux de mener tambour battant les chantiers structurants prévus dans le cadre du programme transversal «Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit», impliquant une quinzaine de départements ministériels et mobilisant un investissement de 6 milliards de DH. Cela est particulièrement vrai pour le ministère de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville. En effet, selon un point d’étape communiqué ces derniers jours à la Primature, le département de Nabil Benabdellah s’est déjà assuré d’engager la totalité des marchés publics qu’il finance dans le cadre du programme pour une enveloppe de 350 MDH. A ce sujet, précisons que le rôle du ministère consiste essentiellement à fournir des fonds (piochés dans le budget alloué à la politique de la ville) à l’Agence pour la Promotion et le développement du Nord (APDN) qui se charge de la mise en œuvre des chantiers. Cette célérité dans l’engagement des marchés a permis aujourd’hui de rattraper le retard accusé lors du lancement du programme, assure-t-on auprès du ministère de l’habitat. Mieux encore, on certifie que l’actuel taux d’avancement des chantiers dépasse les objectifs initiaux.

Dans le détail, les travaux relevant du département de l’habitat, qui touchent tout naturellement à la mise à niveau urbaine (voirie dans les quartiers et les grandes artères, traitement du sous-équipement…), consistent en une trentaine de chantiers répartis sur une vingtaine de centres urbains ou émergents sur le territoire de la province. Une liste de projets qui, signalons-le, peut connaître chemin faisant certains ajustements introduits en concertation avec les autorités locales.

Le taux de réalisation dépasse 60% dans les centres urbains

Neuf chantiers sont ouverts au niveau des centres urbains que sont Al Hoceima, Ajdir, Amzouren, Beni Bouayach et Targuist. Pour la ville d’Al Hoceima, un marché portant sur l’aménagement de routes au niveau des quartiers Boujibar, Hay Souk, Sidi Mansour, Badiss… a été entamé en avril 2017 et est déjà avancé à 65%, ce qui devrait permettre son achèvement au mois d’octobre prochain. Ce à quoi s’ajoutent des travaux de béton imprimé dans les quartiers de Sidi Abed, Afzar… entamés au deuxième trimestre et qui devraient être bouclés au plus tard en novembre. Notons cependant qu’un marché portant sur des travaux de renforcement contre les glissements de terrain n’a pas pu être lancé au niveau du quartier Boujibar en l’absence d’études préliminaires approfondies.

Quant aux autres centres urbains, ils accueillent surtout des travaux d’aménagement routier déjà accomplis à plus de 60% en moyenne. L’essentiel de ces infrastructures devrait être livré en octobre prochain. Toutefois, l’Habitat n’a pas pu avancer comme escompté sur la réalisation de voies au niveau d’Amzouren et Targuist. Pour la première, la lenteur s’explique par le fait que les axes d’intervention du ministère n’ont pas encore été précisés tandis que pour la deuxième, le démarrage des travaux est suspendu à la réalisation du réseau d’assainissement.

S’agissant des centres émergents, une vingtaine de chantiers y sont ouverts au niveau d’Aït Youssef Ou Ali, Imrabten, Isaken, Rouadi, Aït Kamra, Nakour, Sidi Boutmim, Beni Aamart, Ketama, Taghzout, Beni Bouchibit, Ikaouen, Beni Abdellah, Izmouren ainsi que Beni Hadifa. Ceux-ci portent, là encore, pour la plupart, sur des travaux d’aménagement routier, notamment les voies principales traversant le centre de ces localités. Ces chantiers ont pour la majorité été entamés au deuxième trimestre 2017, et devraient être bouclés en octobre prochain ou au plus tard en novembre selon le planning actuel. L’objectif paraît tenable pour la plupart des chantiers vu les taux d’avancement qui ressortent en moyenne à 50%. Mais là encore certains projets ont connu un retard au démarrage. Des aménagements de voies prévus au niveau de Tamassint, Nakour, Sidi Boutmim ainsi que Taghzout sont toujours au point mort du fait que les études relatives à leur réalisation sont encore en phase d’actualisation.

Le ministère de l’habitat s’y est engagé. Un programme de 5 000 logements sociaux verra le jour à Al Hoceima sur les prochaines années. C’est bien plus que ce qu’a accueilli la province comme unités depuis la mise en œuvre du dispositif du logement à 250 000 DH en 2010. Depuis cette date, seules 2 319 unités de logements sociaux ont été mises en chantier dont 1 308 sont effectivement arrivées sur le marché, quoique à la base c’est un volume relativement conséquent de 6852 logements qui a été conventionné entre l’Etat et les promoteurs immobiliers avec même plus de 4 600 unités déjà autorisées. Le département de tutelle est à l’heure actuelle en cours de prospection du foncier devant accueillir le futur programme, de même qu’il étudie des modalités de partenariats pour sa concrétisation. Les futurs logements ne prendront vraisemblablement pas place dans la ville d’Al Hoceima elle-même, le foncier s’y faisant rare, mais plutôt dans une localité environnante offrant des terrains facilement mobilisables, c’est-à-dire appartenant à l’Etat ou à ses émanations.

Commentaires

  1. Belbachir
    Belbachir septembre 14, 11:41
    Il fait généraliser cela sur tout le Royaume car toutes les villes ont besoin d'un sursaut économique

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *