Agropolis de Meknès : 13 lots totalisant 14 hectares déjà  affectés
1 mars 2012
Lavieeco (25144 articles)
0 Commentaire
Partager

Agropolis de Meknès : 13 lots totalisant 14 hectares déjà  affectés

L’assiette foncière mobilisée est de 466 hectares. Le prix du metre carré est compris entre 250 DH et 500 DH, selon les lots et leur taille. La première tranche comprend un parc agro-industriel, un site logistique et TIR, une zone pour la grande industrie agroalimentaire et un pôle de recherche et développement.

Le concept des agropoles que le ministère de l’agriculture a mis en place depuis 2008 connaît sa première concrétisation à Meknès. Le site est prêt et sa commercialisation a commencé. Déjà 13 lots totalisant 14 hectares sont affectés et 10 compromis de vente signés, dont 8 ayant donné lieu à des contrats définitifs. C’est dire que les pouvoirs publics ont suffisamment bien expliqué leur projet aux professionnels puisque ces derniers y adhèrent sans mal et s’empressent d’acheter.
Ces agropoles sont des méga zones industrielles dédiées aux activités agro-industrielles où les professionnels vont s’installer pour produire avec autant de valeur ajoutée dont ils sont capables et directement acheminer leurs produits vers les différents marchés réceptifs, localement ou à l’export. Pour cela, ils ont besoin d’un environnement mais aussi d’infrastructures, de voies de communication, d’énergie, d’eau potable et d’espaces adaptés à leurs besoins spécifiques, le tout à des prix défiant toute concurrence. Avec cela, sur un même site se retrouveront installées les industries de transformation, les industries de support, la logistique et les prestataires de services.
A Meknès, l’assiette foncière mobilisée est de 466 ha, avec pour la première tranche un parc agro-industriel de 70 ha, une zone logistique et un parc TIR sur 30 ha, une autre zone pour la grande industrie agroalimentaire de 30 ha et un pôle de recherche et développement qui s’est vu attribuer plus de 6 ha. Les filières concernées sont le lait, les céréales et les viandes pour le marché local. Pour l’export, il s’agit de l’oléiculture et les fruits et légumes.
Le choix de Meknès pour ce premier agropole se justifie pleinement. D’abord, par sa situation sur l’axe autoroutier Rabat/Fès et la proximité de l’aéroport de la capitale spirituelle. Ensuite, la région, bien arrosée, est à fort potentiel agricole. L’industrie agroalimentaire représente en effet plus de la moitié du chiffre d’affaires industriel du Saïss. Les autres éléments qui ont milité pour le choix de la région sont l’implantation des instituts de recherche et d’enseignement comme l’Ecole nationale d’agriculture (ENA), l’Institut national de recherche agronomique (INRA) ou l’université Moulay Ismail. Mais il y a aussi le fait que de grands groupes industriels y sont installés.

4 milliards de DH d’investissements et 18 000 emplois attendus

Si le prix moyen d’acquisition du m2 est de 350 DH (entre 250 DH et 500 DH, selon les lots et leur taille), c’est que l’Etat, en mettant à contribution plusieurs ministères et en apportant différentes formes de subvention, a permis à Med Z, filiale de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) qui en est le maître d’ouvrage, de le commercialiser à ces prix abordables. En effet, il y a d’abord la convention signée entre les différents ministères (Finances, Agriculture et les pêches maritimes, Commerce et industrie et des nouvelles technologies mais aussi le Conseil régional de Meknès Tafilalt, les communes et wilaya de la région) qui oblige toutes ces parties à apporter une pierre à l’édifice, sans oublier le ministère de l’équipement et des transports sans qui la partie infrastructures routières aurait manqué à l’appel.
Mais l’Etat a aussi déjà installé sur le site une représentation de l’Etablissement autonome de coordination et de contrôle des exportations (EACCE) et de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) pour que les services administratifs soient accessibles, ainsi qu’une structure de recherche développement et de formation. Il s’y ajoute les différents bâtiments d’accueil, un centre de conférences d’une capacité de 500 personnes, des agences bancaires, des restaurants et une zone d’hébergement de 30 chambres. Toutes ces constructions ont nécessité une enveloppe de 144 MDH qui s’ajoutent aux 558 MDH nécessaires aux aménagements de l’agroparc.
Avec l’installation des 200 entreprises attendues, les investissements à générer sont évalués à 4 milliards de DH. 18 000 emplois pourront y être créés, dont à terme 11 000 directs.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *