Africa 50 : 850 millions de dollars déjà levés
20 septembre 2018
Mehdi Mouttalib (15 articles)
Partager

Africa 50 : 850 millions de dollars déjà levés

Le Maroc contribue à hauteur de 100 millions de dollars, en plus des 20 millions investis par Bank Al-Maghrib. Le fonds finance des projets de développement économique à impacts sociaux.

La Banque africaine de développement (BAD) lance officiellement ses opérations de financement des projets structurants en Afrique. La plateforme a procédé à l’inauguration de son siège continental au Maroc, à Casablanca, le 14 septembre, en présence de son directeur général, Alain Ebobissé, le président de la CGEM, Salaheddine Mezouar, et le secrétaire d’Etat chargé de l’investissement, Othmane Ferdaous. Cadrant avec les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, la plateforme Africa 50 se veut un fonds d’investissement doté «d’ambitions précises (…) Africa 50 s’est choisi le Maroc comme pays hôte, un pays très en avance en matière d’infrastructure dont l’expertise nous sera utile pour nos projets dans le continent», a déclaré le DG de la plateforme.

Collaboration avec la Green Climate Fund

Le Maroc, contributeur à hauteur de 100 millions de dollars, en plus des 20 millions investis par Bank Al-Maghrib (BAM), sera ainsi l’un des partenaires privilégiés de Africa 50, notamment pour ce qui est du développement des infrastructures et des énergies renouvelables dans des pays comme l’Egypte, le Sénégal et le Nigéria. Aussi, et depuis sa création fin 2016, la plateforme a réussi jusque-là à lever plus de 850 millions de dollars, et entend atteindre le seuil du milliard de dollars à moyen terme. Ces sommes serviront à financer des projets de développement économique à impacts sociaux, telle la centrale thermoélectrique en développement au Sénégal, qui permettra de couvrir une grande partie des besoins en électrification du pays.

La direction d’Africa 50 a également confié qu’au sein de ses équipes, une cellule d’étude et de vérification des projets proposés a été mise en place. Il lui incombera de réaliser les études de faisabilité et de mesurer l’impact desdits projets sur la vie des gens. Seuls les projets à caractère socioéconomique seront ainsi retenus, et bénéficieront de l’accompagnement financier, institutionnel et stratégique qu’ils nécessitent afin qu’ils voient le jour.

Par ailleurs, le projet le plus imposant sur lequel la plateforme Africa 50 est actuellement positionnée est celui développé en collaboration avec la Green Climate Fund, en l’occurrence le «Desert to Power», qui vise à fournir en électricité plus de 250 millions de personnes.