15 février 2008
Salah Agueniou (1212 articles)
0 Commentaire
Partager

30 000 chômeurs de plus qu’il y a un an

Le taux de chômage s’est établi à  9,8% en 2007

Le chômage s’est aggravé chez
les moins de
35 ans

Les créations nettes d’emploi se sont faites en ville, dans les services.

Au terme de l’année 2007, le nombre de chômeurs a augmenté de 30 000 personnes, passant de 1 062 000 à 1 092 000. Le taux de chômage national a ainsi crû de 0,1 point à 9,8%, contre 9,7% en 2006.

La population des chômeurs en zones urbaines a augmenté de 22 000 personnes et celle des zones rurales de 8 000. Mais tandis que, dans le premier cas, le taux de chômage a baissé de 0,1 point (15,4% contre 15,5% un an auparavant), dans le deuxième cas, il est passé de 3,7% à 3,8% sur la même période.

Ceci s’explique par le fait que les créations nettes d’emploi, évaluées par le Haut commissariat au plan (HCP) à 128 000 postes, ont concerné exclusivement le milieu urbain (146 000 postes), alors que le milieu rural, au contraire, en a perdu 18 000, 2007 ayant été une mauvaise année agricole.

Par secteurs d’activités, ce sont les services qui ont créé le plus d’emplois (91 000 postes, soit + 2,5%), suivis de l’industrie avec 54 000 emplois (+ 4,4%) et du BTP avec 49 000 postes, soit un accroissement de 6,2%.

Avec le recul de l’emploi agricole, le taux d’emploi (qui reflète mieux les capacités d’une économie à utiliser ses ressources en main-d’Å“uvre), a légèrement baissé, se situant à 46% contre 46,3% en 2006.
L’emploi rémunéré en hausse à cause de la contre-performance agricole

Comme c’est la tendance depuis quelque temps déjà, la population des 15-24 ans est la plus touchée par le chômage : 17,2% contre 16,6% en 2006. Le phénomène est évidemment plus accentué dans les villes (31,6%) que dans les campagnes (7%). Les 25-34 ans ne sont pas mieux lotis : 14,4% contre 14% un an auparavant dont 21,6% (au lieu de 21,2% en 2006) en milieu urbain et 4,8% (au lieu de 4,6%) en milieu rural.

Autre caractéristique du chômage, enfin : ses victimes sont des diplômés (19%, soit le même niveau qu’en 2006), résidant surtout en zones urbaines (20,8% contre 11,4% pour le milieu rural).
Conséquence sans doute liée à la contre-performance du secteur agricole, la part de l’emploi rémunéré dans l’emploi total a progressé de 1,3 point (73,9% contre 72,6% en 2006). Et cela est surtout vrai en milieu rural où ces valeurs passent de 52,7% à 54,8%, alors qu’en milieu urbain, au contraire, l’emploi rémunéré s’est replié de 0,2 point.
Cette hausse de l’emploi rémunéré trouve son origine dans le fait qu’en période de mauvaise récolte les aides familiales, ne trouvant pas à s’occuper, sont obligées de chercher des activités rémunérées hors agriculture.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *