E-commerce : Le secteur aligne les records !
13 mars 2017
Ibtissam Benchanna (614 articles)
1 commentaire
Partager

E-commerce : Le secteur aligne les records !

Si le gros de l’activité monétique est toujours généré par les retraits d’espèces sur les GAB, le e-commerce et le paiement en ligne enregistrent chaque année une croissance à deux chiffres. Une tendance favorisée par le changement des habitudes de consommation, la démocratisation d’internet et les efforts des opérateurs pour gagner la confiance des e-consommateurs.

Le secteur du commerce électronique et du paiement en ligne a le vent en poupe. Bien qu’il ait démarré timidement il y a quelques années, il progresse dernièrement à un rythme soutenu, et ce, aussi bien du côté des commerçants, administrations et prestataires de services que que des consommateurs.  Les chiffres que le Centre Monétique Interbancaires publie régulièrement sont là pour le prouver. A fin 2016, en effet, l’activité monétique globale (incluant les opérations de retrait d’espèces sur le réseau des guichets automatiques et de paiement auprès des commerçants et e-marchands) a atteint 308,6 millions d’opérations pour un chiffre d’affaires de 262,2 milliards de DH. Elle est ainsi en hausse de 10,2% en volume et de 9,5% en valeur par rapport à 2015. L’activité maintient donc son rythme de croissance des trois dernières années puisque le chiffre d’affaires a progressé de 9,3% en 2015 et de 11,2% en 2014.

Si le gros de l’activité est généré par les retraits d’espèces sur les GAB, le paiement croît à un rythme soutenu. L’ensemble des commerçants et e-marchands affiliés au CMI ont réalisé 40,5 millions d’opérations de paiement, que ce soit par cartes bancaires marocaines ou étrangères, en croissance de 23,5% par rapport à 2015. La dynamique se renforce puisque l’activité a enregistré une amélioration de 17,3% en 2015 et de 17,1% en 2014. En montant, ces opérations ont représenté un chiffre d’affaires de 26,1 milliards de DH, soit un bond de 13,8% sur une année, contre 9,6% en 2015 et 13,1% en 2014.

Sur la partie e-commerce et paiement en ligne, ce ne sont pas moins de 3,6 millions d’opérations qui ont été recensées au niveau des sites marchands affiliés au CMI, pour un montant global de 1,8 milliard de DH. C’est donc une augmentation de 46,8% en nombre et de 32% en valeur qui a été enregistrée l’année passée. Les opérations réalisées ont totalisé 2,5 millions en 2015 et 2 millions en 2014, pour un chiffre d’affaires respectivement de 1,3 et 1,2 milliard. L’activité reste fortement dominée par les cartes marocaines à plus de 90%, que ce soit en nombre ou en valeur.

C’est donc un secteur qui se développe continuellement et qui s’impose comme un moyen incontournable pour maintenir la dynamique économique et commerciale du pays. S’il a connu cette croissance remarquable, c’est en raison de la conjonction de plusieurs facteurs dont essentiellement le rajeunissement de la population, le changement des habitudes de consommation, la démocratisation d’internet et la prise de conscience des commerçants, administrations et prestataires de services de la nécessité de développer de nouveaux canaux de paiement et de transactions. En effet, le consommateur marocain n’a plus à se déplacer aujourd’hui pour acheter plusieurs catégories de produits, régler une facture ou payer ses impôts et taxes. Même des achats importants sont effectués désormais sur internet.

Un facteur important a contribué à la consolidation de cette tendance. Il s’agit de la confiance des e-consommateurs dans le numérique, favorisée par les efforts que les banques, les plateformes techniques (Visa, CMI…) et les e-commerçants «sérieux» ont déployés pour se conformer aux standards internationaux en matière de sécurité des transactions et de protection des données personnelles. En ce sens, Bastien Moreau, directeur général de Jumia.ma confirme : «Il y a eu d’énormes problèmes il y a près de 5 ans en matière de fraudes, d’usurpation d’identité et des données des cartes bancaires. Mais avec la mise en place de la 3D Secure, le Maroc a rapidement rattrapé son retard».

Actuellement, toutes les données du détenteur d’une carte bancaire bénéficient d’une protection d’un haut niveau. D’autant que «tous les sites électroniques sont obligés maintenant d’afficher un certain nombre de mentions concernant tant la gestion des données que leur transfert», souligne M. Moreau.

Commentaires

  1. khalil
    khalil mars 13, 18:04
    Le e-commerce commence à voir ses plus belles années

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *