L’automne des idéaux du PPS
16 décembre 2011
Hind Taarji (537 articles)
0 Commentaire
Partager

L’automne des idéaux du PPS

Avec la présence des « camarades » aux côtés des « frères », nos libertés ne peuvent être que dûment protégées. Et puis, n’est-ce pas cela « l’exception marocaine », cette capacité à  pouvoir, comme par enchantement, gommer tout ce qui sépare dès lors que « l’intérêt suprême de la nation » est en cause ? Et surtout que les mauvais esprits ne s’y méprennent pas ! Qu’ils n’aillent pas voir derrière ce choix de participation d’autres raisons que celles ici évoquées. « Intérêt suprême de la nation », comprenez-vous, Ce n’est que cela
et rien d’autre !

Ainsi donc, le PPS, soucieux de «l’intérêt suprême de la nation», a fait le choix de participer au gouvernement dirigé par Abdelillah Benkirane. Il a entendu «l’appel de la patrie et du peuple qui a voté pour une nouvelle expérience…». Dans le même temps, son secrétaire général s’est fait fort de rassurer les inquiets. «Le parti restera attaché à son identité et sera le défenseur dévoué des libertés, de l’égalité et du projet sociétal ouvert auquel nous croyons et dont les fondements sont la justice sociale et la dignité pour tous». Bien, voilà qui, effectivement, nous rassure absolument. Avec la présence des «camarades» aux côtés des «frères», nos libertés ne peuvent être que dûment protégées. Et puis, n’est-ce pas cela «l’exception marocaine», cette capacité à pouvoir, comme par enchantement, gommer tout ce qui sépare dès lors que «l’intérêt suprême de la nation» est en cause ? Et surtout que les mauvais esprits ne s’y méprennent pas ! Qu’ils n’aillent pas voir derrière ce choix de participation d’autres raisons que celles ici évoquées. «Intérêt suprême de la nation», comprenez-vous ! Ce n’est que cela et rien d’autre !

Face à ce sacrifice, tout aussi «suprême», de nos vaillants «camarades», nous ne pouvons, bien sûr, que comprendre. Le hasard faisant bien les choses, voilà que l’actualité internationale offre à nos amis l’opportunité de se livrer à un petit exercice de style : une démonstration de l’indéfectibilité de leur attachement aux libertés individuelles en dépit de ce mariage «mixte» pour le moins surprenant. Il y a quelques jours, Washington a fait part de sa volonté de défendre les droits des homosexuels à l’étranger. Barack Obama a ainsi demandé à mettre la discrimination contre les homosexuels au cœur de la diplomatie américaine. Inquiet des violences dont ces derniers sont l’objet, il a appelé «tous les organismes engagés à l’étranger à s’assurer que la diplomatie américaine et l’aide (financière internationale) promeuvent et protègent les droits des homosexuels, des bisexuels et des transsexuels». De son côté, sa secrétaire d’Etat Hillary Clinton a annoncé à Genève la création d’un Fonds mondial pour l’égalité. Ce fonds, qui sera doté de plus de 3 millions de dollars, permettra aux organisations de mieux défendre les intérêts des gays, lesbiennes, bisexuels et transsexuels. «C’est une violation des droits de l’homme quand des gens sont battus ou tués en raison de leur orientation sexuelle, ou parce qu’ils ne se conforment pas aux normes culturelles imposant ce à quoi les hommes et les femmes doivent ressembler ou comment ils doivent se comporter», a insisté Mme Clinton. «Etre gay n’est pas une invention des pays occidentaux. C’est une réalité de l’humanité. Et protéger les droits de l’homme de tous les gens, gays et hétérosexuels, n’est pas le seul fait des gouvernements occidentaux», a rappelé encore Mme Clinton, citant notamment l’Afrique du Sud, la Colombie et le Népal.

«Une réalité de l’humanité». Il y a fort à penser que nos islamistes, pour «modérés» qu’ils soient, ne vont pas se retrouver dans cette définition, eux pour qui les homosexuels ne sont que des déviants promis aux foudres célestes. Mais qu’en est-il des membres du PPS ? Maintenant qu’ils se retrouvent à gouverner avec le PJD, quel est donc leur point de vue sur la question ? S’il venait, par exemple, à être interpellé sur le sujet, quelle réponse ce gouvernement, dont ils vont faire partie, délivrerait-il aux USA dont le Maroc s’est toujours fait fort de rappeler les liens d’amitié unissant les deux pays ? L’homosexualité, une déviance condamnée par Dieu ? Une liberté individuelle à défendre au titre des droits de l’homme ? Quid de la position du PPS sur le sujet ? Sa participation à un gouvernement coiffé par le PJD ne peut que conduire à s’interroger sur ce qui reste de son référentiel et, donc, sur ce que serait sa réponse à une question de ce type. Hormis dans le cas d’un gouvernement d’union nationale, une coalition gouvernementale nécessite, en théorie, le partage d’un socle de convictions de base. Le projet sociétal dont le PPS était, jusque-là, censé être porteur, se voulait porteur de modernité et basé sur le respect des droits humains dans leur conception universaliste. Or, pour le PJD, si respect des droits humains il doit y avoir, c’est dans leur compréhension «islamique». La différence est de taille. Ce qui, dans la conception universaliste relève de la liberté individuelle, tombe, dès lors qu’on lui applique la grille de lecture islamiste dans le domaine de l’hérésie, de la déviance ou encore de l’atteinte aux bonnes mœurs. Les homosexuels, à la défense desquels le président américain dit vouloir se porter, en sont une illustration parfaite. Mais il n’y a pas qu’eux. Ajoutez-y les athées, les agnostiques, les mères célibataires, ceux qui font l’amour sans être mariés et j’en passe….  
Après le printemps arabe, l’automne des idéaux. Quelle tristesse que de ne plus reconnaître les siens !

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *