La gifle
3 août 2012
Lavieeco (24761 articles)
0 Commentaire
Partager

La gifle

Le matin suivant la retentissante déculottée essuyée par le Raja par les soins d’une bande d’insolents marmots, encadrés, durant une mi-temps, de trois titulaires, une radio sportive, connue pour son tact exemplaire, inaugurait son programme par la rediffusion d’un extrait d’une émission qui reconstituait le parcours flamboyant des Aigles.

Le matin suivant la retentissante déculottée essuyée par le Raja par les soins d’une bande d’insolents marmots, encadrés, durant une mi-temps, de trois titulaires, une radio sportive, connue pour son tact exemplaire, inaugurait son programme par la rediffusion d’un extrait d’une émission qui reconstituait le parcours flamboyant des Aigles. Cette délicatesse revenait à remuer le couteau dans la plaie. Celle-ci sera longtemps à vif, et je ne vois pas, moi qui en ressens les morsures, par quel miracle elle sera cautérisée. Pourtant, j’étais confiant, à juste titre. Mon équipe favorite avait persuadé M’hamed Fakhir, le technicien à l’impressionnant palmarès, de la prendre en main ; elle avait enrôlé sous sa bannière une quinzaine des meilleures flèches de notre football ; elle venait de faire mordre le gazon au fier Atletico de Bilbao (3-1). Du reste, dans l’euphorie du triomphe, un média assurait, sans rire, que Messi et consorts, s’étaient mis à trembler à la perspective d’affronter le tombeur de Bilbao. C’était cousu de fil blanc et je n’y prêtais pas attention, tellement j’étais conscient de la classe à part du conquérant catalan. Tout juste espérais-je que le Raja ferait mieux que le Wydad qui, le 1er mai 1974, avait tenu longtemps la dragée haute à un Barcelone au grand complet, avant de fléchir et lui concéder la victoire (1-3). Quel ne fut cruel mon désenchantement. Face à un Raja impensablement transparent, pour ne pas dire inexistant, Barcelone jouait sur du velours, plantant, l’air de rien, huit buts dans ses hospitaliers filets. Camouflet.

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article

Your data will be safe! Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *